Vous êtes ici:

Un travail de longue haleine avec des femmes illétrées

Asie

Ambatta est un village du district de Nazik dans l’Etat de Maharashtra (Inde). La plupart des gens à Ambatta font partie de tribus marginalisées. Elles n’ont pas été intégrées dans les programmes de développement et ne parviennent pas à conserver leur autonomie et leur identité, en dépit des différentes lois constitutionnelles qui ont pour but de promouvoir leur statut spécial et leurs droits. La population de Maharashtra est une communauté des plus négligées de la société Indienne. Elle a perdu l’accès aux produits forestiers et aux autres sources de revenus naturels et elle ne parvient pas à accroître la productivité de la terre qui lui est attribuée. Certains de ses membres sont vraiment misérables.

Les femmes tribales avec qui les soeurs travaillent à Amabatta sont très pauvres et illetrées. Elles appartiennent à trois tribus : les Kokana, les MahadevKoli et les Warli. Ces femmes ont une mauvaise image, peu d’estime et de confiance en elles-mêmes. Elles sont dominées par la peur et sont méfiantes à l’égard des étrangers. Elles n’assistent jamais à des réunions ou assemblées. Elles n’ont pas de pouvoir de décision. Elles travaillent dans les champs et ne prennent jamais de temps pour elles-mêmes. Leurs conditions de vie sont très difficiles et les conditions sanitaires très précaires. Pratiquement toutes ces femmes sont illettrées et ne sont pas motivées pour l’éducation de leurs enfants. Les écoles du village ne sont pas régulières, manquent d’enseignants et perpétuent la corruption. Les élèves ne sont pas motivés et le travail des enfants est une bonne source de revenus. Le taux d’abandon des études est très élevé particulièrement chez les filles. L’état de santé de ces populations est déplorable, avec un usage important du tabac et de l’alcool. Du point de vue religieux il y a beaucoup de superstitions, la pratique de sorcelleries.

C’est dans ce contexte que les sœurs ont commencé à travailler avec les femmes de la région. Elles ont expérimenté plus de déceptions que de réussites, car les femmes ne sont pas prêtes au changement. Mais les soeurs restent persuadées du bien-fondé de leur action. Elles ont organisé :

  • Des séminaires de formation sur la santé et l’hygiène, la déforestation, l’éducation …
  • Des programmes de formations pour leaders : alphabétisation, session de dynamique de groupes, tenue des comptes…
  • Des programmes pour trouver des revenus : apprendre à fabriquer des objets…
  • Des formations sur l’usage des plantes médicinales
  • Des fêtes.

Les soeurs travaillent à partir de groupes d’entraide et en réseau avec les instances gouvernementales.
La philosophie qui sous-tend l’action des soeurs est l’amour de Dieu, des pauvres et des marginalisés, avec la volonté de construire des communautés humaines où chacun peut vivre en plénitude.
Leur passion est d’expérimenter la réalisation du Royaume de Dieu ici et maintenant, de motiver les femmes pour qu’elles deviennent des agents de changements sociaux, de faire éclore les valeurs de justice, paix, harmonie et intégrité de la création.

Dans la même rubrique

Commentaires

5 mars, 21:24

Gracias por la informacion que nos das sobre Filipinad y la India. Nos abres la mirada y el corazón para sentir con esos pueblos, amarlos y tenerlos presente ante el Señor.


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre