Un cœur inquiet

10.2 - Pour aller plus loin


"La foi recherche l’intelligence", disait le grand théologien que fut saint Anselme. C’est-à-dire que la foi suscite le désir de scruter les raisons de ce qu’elle croit. Ainsi croît-elle – avec l’accent circonflexe du verbe croître – en un perpétuel dynamisme.
Tel est le "cœur inquiet" dont parle saint Augustin au début de ses Confessions : "Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en toi" : celui qui connaît et qui aime aspire à connaître et aimer davantage.
La théologie constitue un ensemble de questions à propos de la foi. À propos d’elle mais aussi à partir d’elle. Il s’agit non pas de prouver la présence du Christ dans l’eucharistie ou la résurrection des morts, par exemple, mais de saisir comment ce qui dépasse le pouvoir des seules forces de la raison n’est pas pour autant contraire à celle-ci.
La foi ne fait donc pas ici l’économie de la raison ; bien au contraire elle la mobilise, permettant ainsi au croyant de rendre compte de l’espérance qui l’habite.
Luc-Thomas Somme

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre