Vous êtes ici:

Riad 2013 : Relecture de Sr Sophie Ramond pour la semaine 1

RIAD2013 - Thaïlande

Nous avons vécu des expériences variées de découvertes de l’histoire de la Thaïlande, de sa culture, de sa situation politique, économique et sociale.

Il ya dix diocèses en Thaïlande et dans l’ensemble du pays 0,01% de chrétiens. Dans le contexte de l’Asie et étant donné le dynamisme de sa situation économique, la Thaïlande accueille beaucoup de migrants.
C’est aussi un pays de transit pour des réfugiés, des demandeurs d’asile. Les migrants viennent essentiellement de trois pays voisins : la Birmanie, le Laos et le Cambodge ; ils fuient la pauvreté ou les guerres. L’accueil de ces migrants n’est pas sans engendrer des difficultés : ils sont parfois considérés comme prenant le travail des autochtones, même si en réalité ils accomplissent des travaux que ces derniers ne veulent pas faire. L’immigration est donc une réalité importante envers laquelle se sont engagées des paroisses catholiques, diverses congrégations et la Caritas.
Une autre réalité est la prostitution mais elle est plus complexe que nous ne l’imaginons d’ordinaire : elle est illégale dans le pays et elle n’est pas simplement le fait d’occidentaux venant en Thaïlande pour du tourisme sexuel. Il arrive en effet que des parents, en raison de leur extrême pauvreté, vendent leur fille. Par ailleurs, la Thaïlande est un lieu de transit pour des femmes venues de pays divers et qui sont envoyées dans différentes destinations, y compris à l’étranger.

Ces données ne doivent pas masquer cependant ce que nous avons pu appréhender de beau et de bon dans la culture Thaï.

J’ai personnellement été frappée de quelques caractéristiques soulignées par Apichart Intravisit lorsqu’il est venu nous parler : l’amour de la vie ; le souci de l’harmonie sociale, la gratitude, la volonté de ne jamais faire perdre la face à l’autre…

Immersions

Après une découverte, par petits groupes, de trois projets de solidarité envers les plus vulnérables (Quartiers pauvres de Klong Toey ; Projet Chitralada (King’s) ; Good Shepherd Projects – Dindaeng), nous avons vécu une immersion -tant attendue- dans des monastères bouddhistes (Pathom Asoke ; Sathira-Dhammkasathan Center ; Songdhammakalyani).
Mon groupe s’est rendu à Songdhammakalyani, seul monastère uniquement féminin en Thaïlande. Bhikkhuni Dhammananda, la responsable de ce monastère et première femme Thaï à être pleinement ordonnée, nous a reçus. Il est difficile de retracer l’ensemble de ce qu’elle nous a dit et je craindrais de m’engager dans quelques explications sur le bouddhisme. Je vous partage juste l’un ou l’autre point qui m’ont touchée : à une question sur la vie communautaire, Bhikkhuni Dhammananda a répondu qu’un moyen de renforcer l’harmonie était de partager ce que chacune voit de bon en l’autre ou dans les événements de la vie quotidienne. Une de ses convictions fortes est que la bonté, lorsqu’elle est énoncée, formulée et partagée, se multiplie. Qui produit la bonté reçoit la bonté. Elle a beaucoup dit aussi de sa foi en la providence et de sa confiance dans la vie. Elle nous a dit que Bouddha avait enseigné qu’il y a quatre sortes de discours : celui qui n’est ni vrai, ni bienfaisant ; celui qui est vrai, mais non bienfaisant ; celui qui n’est pas vrai, mais bienfaisant ; celui enfin qui est vrai et bienfaisant. Il a encouragé à ne pratiquer que le dernier… Bhikkhuni Dhammananda nous a renvoyés avec fermeté à notre propre tradition et religion : en réponse à une remarque sur l’attraction qu’exerce le bouddhisme en Occident, elle nous a répondu que nous avions tout ce qu’il fallait dans nos propres Ecritures !

Plus folklorique était la découverte du marché Chatuchak hier, après la messe dans diverses paroisses. Nous y avons vu toutes sortes d’objets fabriqués en Thaïlande, des fleurs (en particuliers des orchidées magnifiques) et nous avons pu faire quelques expériences gastronomiques diverses ! Apparemment les estomacs ne résistent pas trop mal.

Maintenant, après la messe avec l’archevêque de Bangkok, c’est un temps de silence et d’intériorisation… pour que nous puissions recueillir personnellement et communautairement les fruits de cette RIAD. A suivre donc…

Sr Sophie Ramond, ra


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre