Passivité active

5.2 - Propositions pour aller plus loin


Quoi qu’il en soit de la question des gestes, des attitudes de la prière, qui ne sont pas sans importance, il reste cet essentiel : la passivité active à l’invitation de Dieu, c’est-à-dire, quelle que soit ma situation dans la vérité de ce que je suis, créature, créature rachetée, créature magnifiée et créature d’un Dieu qui m’aime, créature dans laquelle le mystère de Jésus mort et ressuscité germe sa vie. (…) Elle est la remise de soi en confiance (…)
Il s’agit d’une passivité pour un Dieu dont je connais le nom, dont le nom ne me dit jamais tout entier ce qu’il veut dire, mais sur lequel j’ai besoin de me reposer pour l’entendre dans le silence. La dimension "entendre" est paradoxale parce qu’il s’agit souvent, pendant des années, de ne percevoir que le silence, sans désespérer que ce silence soit une présence.
Jacques Sommet

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre