Vous êtes ici:

Paris : les habitants évacués de la rue de l’Assomption rentrent chez eux

Auteuil


Au lendemain d’un effondrement de chaussée sur un chantier de construction, l’opération de comblement d’un trou de 85 m de long et 7 m de profondeur a permis de sécuriser la zone.
Certains avaient passé la nuit à l’hôtel et s’apprêtaient à y passer le week-end. D’autres avaient trouvé refuge chez des amis. Et bon nombre ont passé leur samedi à guetter le moindre signe de levée du périmètre de sécurité. Tous, la même question aux lèvres : "Alors, ça avance comment ?".
"Ça", c’était le ballet de camions chargés de terre, 2 500 m3 au total, acheminés pour remblayer le trou béant causé par un effondrement de chaussée, survenu vendredi matin, sur le chantier de construction d’une maison de retraite, rue de l’Assomption à Paris (XVIe). Un incident qui avait nécessité l’évacuation de 11 immeubles, soit 180 logements.

Eau et électricité de retour


Leur calvaire de 36 heures a pris fin dans la soirée, ce samedi, après d’ultimes vérifications coordonnées entre les services de secours, de la préfecture de police, ceux de la mairie du XVIe, les architectes, experts et responsables de ce chantier privé.
"Une vingtaine de camions restaient encore à décharger de leurs tonnes de terre avant que le collège d’experts ne donne son feu vert", précisait dans l’après-midi le commandant Eric Moulin, de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BBSP). L’électricité et l’eau ont été rétablies dans la foulée. Mais l’alimentation en gaz prendra quant à elle un peu plus de temps : celui de vérifications rigoureuses et d’une remise en service individuelle toujours délicate. "Cela peut demander 48 heures", précise la maire du XVIe, Danièle Giazzi.
Une circulation légère mise en place pour plusieurs mois


Treize immeubles avaient dû être évacués par précaution et neuf sont restés inaccessibles jusqu’à la fin des opérations de comblement de ce trou de 85 m de long, 10 m de large et 7 m de profondeur. Après le renforcement du mur par 15 camions-toupies de béton à prise rapide, le ballet non-stop des engins a permis d’atteindre un niveau de remblaiement jugé suffisant par les experts.


Samedi soir, le risque d’affaissement d’un mur de soutènement proche d’une grue de 30 m de haut, qui avait conduit à cette évacuation large et immédiate, était écarté. "La grue ne sera pas démontée, précise encore Danièle Giazzi. Mais il est évident que le chantier ne va pas reprendre avant plusieurs mois. En attendant, nous ferons en sorte de mettre en place une circulation légère sur ce secteur, sans camions, voire en déviant le ramassage des poubelles".
Autorisés à rentrer chez eux dans la soirée, les habitants de la centaine de logements encore inaccessibles le matin tournent la page mais ne cachent pas leur perplexité. "Notre appartement donne sur le chantier, et depuis 18 mois qu’il a commencé, il y a de très important va-et-vient de gros camions, racontent Armand et Christine, un couple de retraités. Ensuite, cette immense grue de 30 m de haut… C’est finalement à moitié étonnant que le sol soit fragilisé. Surtout que c’est un secteur très spongieux, environné de sources.



À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre