Vous êtes ici:

Ouverture de la célébration de 50 ans de vie des religieuses de l’Assomption au Cameroun : Que retenir ?

2017-2018 Jubilé d’or de la fondation du Cameroun

Les soeurs Monique Dijon, Marie-Danielle Romet et Claire Myriam, sont trois jeunes religieuses de l’Assomption qui ont foulés le sol de Nkum Ekyé, un village de l’arrondissement de Ngoumou, situé à 60 km de Yaoundé la capitale du Cameroun. Sur les pas de Sainte Marie-Eugénie, fondatrice de la congrégation, ces sœurs ont laissé leur pays confortable, pour faire l’aventure de la mission au Cameroun pour éduquer la jeune fille, en s’appuyant sur la prière et une vie communautaire bien fraternelle. Nous sommes en 1968. A cette époque, il y avait une école pour les filles et une autre pour les garçons. De 1968 à nos jours, 50 ans se sont écoulés ; il fallait jubiler !

En prélude à l’ouverture du cinquantenaire, les anciens élèves et quelques religieuses se sont rendus à Kum Ekye, pour revivre la nostalgie du passé. Leurs témoignages confirment la sérieuse éducation reçue des sœurs. Aujourd’hui, elles se confortent dans une association dénommée "les anciennes de Kum Ekye" une association qui a initié une ONG pour soutenir l’éducation des jeunes.
Parmi les activités marquant l’ouverture du cinquantenaire, une table ronde tenue en la paroisse Saint Charles Lwanga. de NKolndongo a permis de présenter le charisme et la spiritualité des religieuses. De l’intervention des différents panélistes on retient que la présence des religieuses de l’Assomption au Cameroun a influencé des individus et continue de porter du fruit dans la société.
Les religieuses elles-mêmes sont restées discrètes sur leur apostolat (à Yaoundé). On sait néanmoins qu’elles offrent des services de catéchèse, visitent des détenus, ainsi que des malades dans les hôpitaux.
Comme expériences personnelles, j’ai découvert en l’Assomption une communauté de sœurs joyeuses menant une vie simple, une vie ouverte, sociale, soucieuse de l’éducation de jeunes dès leur jeune âge, à l’écoute et à l’accompagnement des familles.

L’ouverture solennelle a eu lieu dans la paroisse suscitée le dimanche 31 décembre 2017. L’eucharistie est alors présidée par P. Henri FOUDA (Spiritain), concélébrée par le curé de la paroisse St Charles Lwanga. Avant la fin de la messe, Sœur Astrid, responsable régionale a officiellement ouvert la célébration du cinquantenaire de l’arrivée des religieuses de l’Assomption au Cameroun.
En lisant les actes des Apôtres, en s’inspirant de la foi et de la détermination des premières religieuses arrivées au Cameroun pour vivre en forêt, chacun peut se demander "en quoi Dieu peut se servir de moi pour étendre son règne" ? Dans un monde sécularisé où l’on s’enferme de plus en plus sur ses besoins personnels c’est-à-dire son bien-être, est-il encore possible d’aimer, de donner et de se donner soi-même ? 
Je crois que les multiples activités et célébrations marquant le cinquantenaire n’auront véritablement un sens que lorsque, chaque participant s’émerveillera certes, mais plus encore, prendra une petite décision à œuvrer pour la Justice et la paix dans un des multiples maillons de la société.

Vivement, que la clôture de 50 ans de présence au Cameroun des Religieuses de l’Assomption arrive …. Et si vous ne saviez pas, ça se fête à Bafoussam le 19 août prochain.

Élaboré par KAMGAING Thaddée
Représentant régional de "Assomption Ensemble"


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre