Noël 2018 - Soeur Rekha Chennattu

Soeur Rekha Chennattu


Très chères sœurs et amis,

Noël se montre au coin de la rue et nous avons hâte de célébrer la fête. Le mystère de l’Incarnation a joué un rôle important dans la vie spirituelle de Sainte Marie Eugénie. Ce sera notre premier Noël après le Chapitre Général, lequel nous a invités à vivre constamment sous la conduite de Dieu, à fortifier la communion entre nous et à aller vers les périphéries. J’aimerais saisir cette occasion pour partager avec vous quelques-unes de mes réflexions sur Noël, en me basant sur ce que disent les Evangiles au sujet de la naissance de Jésus, et sur la manière dont nous pourrions le célébrer cette année.

Les Evangiles et Noël


Chaque évangéliste dresse un portrait différent de Jésus et de ses origines. Marc commence avec le baptême de Jésus ; il reste silencieux au sujet de sa naissance. Matthieu offre une description de la naissance et du début de la vie de Jésus très similaire aux récits de la naissance et de la vie de Moïse. Jésus est né à Bethléem mais il a dû fuir en Egypte car le roi Hérode cherchait à le tuer comme le Pharaon d’Egypte cherchait à faire périr Moïse. Jésus est décrit comme le fils de Marie, dont le nom est Emmanuel – Immanu El, ce qui signifie "Dieu avec nous" (Mt 1, 22-23). Selon l’évangéliste Luc, le premier Noël fut un jour fatiguant et angoissant, marqué par la tension et la solitude du jeune couple – Marie et Joseph – qui ne trouvait pas de lieu où passer la nuit (Luc 2, 1-7). Bethléem fourmillait de voyageurs et d’habitants. Un aubergiste finit par les autoriser à rester dans une étable avec les animaux. Cette nuit-là, un nouveau-né appelé Jésus est né pour le monde : un cadeau de l’amour de Dieu. Ainsi Jésus est né en voyage ; les anges ont chanté la gloire de Dieu et les bergers ont proclamé ses louanges (Luc 2, 8-20).

Dans le prologue de Saint Jean, nous trouvons le voyage de Dieu qui vient des cieux jusqu’à la terre : "La lumière véritable, qui éclaire tout homme, venait dans le monde" (Jean 1, 9). "Le Verbe (logos) s’est fait chair et a dressé sa tente (eskēnōsen) parmi nous" (Jean 1, 14). La Parole de Dieu (dəbar Yahweh) symbolise la présence de Dieu qui était déjà à l’œuvre dans son travail créateur, dans l’expérience des Israélites sur le chemin de l’exode et dans la vie des prophètes. Cette Parole s’est maintenant incarnée en la personne de Jésus Christ qui est par conséquent la personnification de la révélation divine : la présence visible de Dieu dans l’histoire humaine. Jean présente le mystère de l’Incarnation comme un moment où les frontières sont brisées alors que le divin a rencontré l’humain, que les cieux ont touché la terre et que le sacré a surgi dans le profane.


Par conséquent, l’Incarnation peut être vue comme la migration de Dieu des cieux vers la terre, jusqu’aux périphéries de l’univers, du sacré vers le profane et du divin vers la vulnérabilité de la vie humaine. Le don de l’Emmanuel renverse les systèmes qui dévaluent la matière, le corps humain et les préoccupations profanes. Lorsque nous sommes ouverts à la révélation continuelle de Dieu dans notre vie quotidienne, tout comme la parole de Dieu a guidé le peuple d’Israël et les prophètes, le don de l’Emmanuel nous donne accès à la plénitude de la vie vers laquelle il nous guide. Noël nous ouvre au respect des relations et conduit les hommes vers la communion avec Dieu, entre eux et avec le cosmos.

Noël et les célébrations


Dans le prolongement des thèmes de notre Chapitre Général, cette fête de Noël 2018 est le jour idéal pour célébrer le mystère de l’Emmanuel, "Dieu avec nous". Jésus nous dit que Dieu ne veut rien de plus que vivre en nous, être vivant dans nos paroles et nos actions, à la maison, au travail, à l’école, dans nos communautés et nos paroisses. Et cela advient. Il y a des êtres humains, des hommes et des femmes de chair et de sang, à travers lesquels le Dieu vivant se manifeste et rayonne. Beaucoup de personnes, spécialement les pauvres et les délaissés, pouvaient faire l’expérience de la présence amoureuse de Dieu en Saint Damien de Molokai ou en Sainte Térésa de Calcutta. Chacun d’entre nous pourrait nommer des personnes dont il lui serait possible de dire : "J’ai vu Dieu dans cette Sœur, dans cet homme ou cette femme". Dans la bonté, la générosité ou le courage de cette personne, nous savions que nous faisions l’expérience de Dieu. Un sourire peut faire une grande différence dans la vie des autres. Celui qui donne avec entrain apporte la joie et la paix. Un mot gentil peut toucher des vies et donner l’espérance à nos semblables. Une oreille qui écoute et un cœur serviable comblent les distances et réparent les brèches. Le pardon construit les familles et les communautés. Ainsi nous faisons l’expérience de ces paroles de Marie Eugénie : "L’amour ne dit jamais : c’est assez." Voilà comment nous devrions célébrer Noël. Nous devrions rendre l’Emmanuel visible – la grâce transformatrice de la présence amoureuse de Dieu dans nos communautés et nos familles – dans l’Eglise et dans le monde.


Le commandement donné à Josué me revient : "Je te l’ordonne : sois fort et courageux ; ne crains pas, ne sois pas effrayé car le Seigneur ton Dieu est avec toi partout où tu vas" (Josué 1, 9). Chères sœurs et chers amis, nous sommes nous aussi invités à être plus forts et plus courageux en 2019 ! Noël 2018 est une nouvelle occasion pour nous dégager de la peur profonde, de la jalousie, de l’égoïsme, de la paresse, de la négativité, de la tendance à blâmer les autres et de l’arrogance, pour que tout cela s’envole loin de nous. Durant cette sainte période de Noël, déplaçons-nous… au lieu d’"être guidés par la peur", soyons "établis dans l’amour". Je vous parlerai plus tard de ce chemin intérieur, de cette liberté intérieure et de la véritable joie qui en découle. Nous ignorons ce à quoi nous serons confrontés en 2019, mais il y a une chose que nous savons, Dieu est avec nous et il ne nous abandonnera jamais. Noël 2018 est donc l’occasion en or pour accueillir à bras ouverts l’incroyable amour de Dieu et célébrer la réalité de sa présence dans nos vies personnelles, dans la vie de nos communautés et de nos familles. En fait, le don de l’Incarnation – la présence de Dieu avec nous – fait de chaque jour une célébration de l’amour et de la vie !


Je vous souhaite un Noël plein de grâce et une très heureuse Nouvelle Année !


Rekha M Chennattu, RA
Supérieure Générale



RELIGIEUSES DE L’ASSOMPTION
Maison Généralice
17, rue de l’Assomption
75016 PARIS – France


Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre