Vous êtes ici:

Lituanie, Vilnius : 24-31 décembre 2018

Lituanie


Nous espérons ne pas vous surprendre en parlant de Noël. Et pour ne pas être trop long, nous nous limiterons à partager la nuit du 24 décembre et le 31.
Il faut dire que la météo et le calendrier nous ont bénies cette année. Il a neigé et puis comme Noël tombait le mardi, nous avons pu avoir un temps de retraite au calme à la maison après les festivités à l’école (qui mériteraient un article pour les "news" aussi) et la réunion priante et joyeuse d’une classe chez nous le soir du 21. En Lituanie, le "Kūčios" repas familial du 24 au soir est sacré - mais comment faire si on n’a pas de famille ? Selon sa tradition, la communauté s’est informée discrètement - et finalement nous étions douze. Nous avons déjà eu notre chapitre communautaire à midi, renouvelé nos vœux lors de vêpres quand les amis sont arrivés à 18h. Certains viennent chaque année : c’était comme les retrouvailles "des cousins". D’autres, comme des volontaires européennes qui travaillent à l’école ou le diacre permanent de la paroisse, étaient nouveaux. Pour se parler on utilisait la lituanien, le français, l’anglais, le russe, l’allemand… On commence par le partage d’une petite galette, comme une hostie rectangulaire, avec un souhait, une bénédiction, éventuellement une demande de pardon, en tête à tête avec chaque personne. Après nous nous sommes mis à table pour le repas de douze plats (dit de jeûne ! car sans viande, ni lait ni œufs ni alcool). À vrai dire, nous avons fait une entorse à la tradition car il y avait nos 12 plats plus les plats apportés par les amis. Un festin où les produits locaux – harengs, betteraves, oignons, champignons, pommes de terre, blés, miels, grains de pavots, ont la place d’honneur. Nous avons tiré les offices de la crèche, une autre forme de nourriture et bon tremplin pour un partage.
La communauté a participé à la messe de la nuit dans notre église paroissiale. Beaux chants traditionnels, prêtres rayonnants et une église noire de monde : c’est la joie de l’Emmanuel qui nous était donnée. Comme la paroisse avait connu un moment sombre avec son ancien curé malade, cette joie était d’autant plus forte et les gens n’arrivaient pas à partir.


Les jours entre la Noël et le Nouvel An étaient marqués par des visites : chez des amis prêtres, chez un couple, chez le papa de Kotryna Danguole. Le 31 nous avons proposé de célébrer chez nous (vigiles, adoration, eucharistie et fête). Nous ne savions pas si cela trouverait un répondant car la tradition s’était rompue à cause des assemblées ou chapitres qui avaient toujours lieu à ce moment-là. Mais l’invitation a circulé via Facebook et de bouche à l’oreille. Supposant qu’il y aurait peu de monde pour les vigiles et l’adoration, nous avons décidé de les vivre à l’oratoire, si joliment décoré. Nous n’avions pas compté sur l’arrivée de la moitié du foyer de l’Arche, ni de notre diacre, ni de l’un ou l’autre jeune, en plus des amies de l’Assomption ! Nous étions serrés comme des sardines – mais tant mieux. L’eucharistie, célébrée par un ami aumônier d’hôpital dans la salle en bas avec une assemblée étoffée et variée – entre autre trois couples du quartier venu grâce à l’annonce sur Facebook par la déléguée du quartier – s’est terminée à 23:45. Tout le monde qui voulait s’est rhabillé pour partir au terrain de jeux voir les feux d’artifice dans la neige depuis notre colline. Quel spectacle ! Chaque quartier en lance ; nous en avons eu pendant une demi-heure. Après, retour à la maison pour un vin mousseux ou jus de fruit, le gâteau traditionnel et des tas de délicatesses (car tout le monde apporte un "petit" quelque chose)


Que cette nouvelle année soit belle pour toutes.
Vos sœurs de Vilnius


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre