Vous êtes ici:

Les témoignages des soeurs d’Afrique centrale et Rwanda-Tchad

2006

- Sr Delphine
Afrique Centrale, Cameroun

C’est par une action de grâces que je commence cette petite revue de la session RIAD. Tout d’abord ce qui m’a le plus frappée en arrivant au lieu de rencontre, c’est le fait de voir une équipe d’accueil déjà sur place avec la collaboration d’une équipe de logistique de l’Université de Nairobi. Ensuite c’est de voir les accolades et les cris de joie de se retrouver ensemble. La grande famille Assomption a été un point très marquant. Voir les "6 familles" être ensemble pour réfléchir sur leur avenir et se renouveler c’est vraiment impressionnant.
En revenant sur l’historique de la Congrégation, je me suis rendue compte que le chemin de dialogue n’a pas été facile, surtout avec nos Sœurs missionnaires de l’Assomption. Mais leur présence a été très significative, on sent qu’elles ont le désir de rejoindre la grande famille Assomption. Pour moi, le simple fait de rencontrer des personnes nouvelles a été une expérience très forte.
Le déroulement du programme concernant les exposés a été très bien établi. Dans le sens que l’anthropologie en début de session m’a aidée à bien suivre la suite des exposés. J’ai vraiment découvert que sans la découverte de la personne humaine, le dialogue ne peut être possible ; la vie ensemble ou la cohabitation avec d’autres personnes de différentes races, tribus, religions etc est très difficile. Surtout j’ai appris à relire mon histoire personnelle et celle de mon peuple pour pouvoir me connaître afin d’aller à la rencontre de l’autre. Tout ceci n’est possible que si l’on valorise les valeurs humaines.
Mon souhait est que cette RIAD ne prenne pas fin car c’est une autre forme d’école de formation ou d’apprentissage quelque soit le niveau de connaissance ou d’études, l’origine, la nationalité, le rang « social » ou "religieux" : tous nous sommes appelés à cette école pour apprendre à redécouvrir le vrai visage du Christ à travers nos charismes.
Un coup de chapeau à l’équipe d’organisation, à tous ceux qui de près ou de loin ont réalisé cette RIAD 2006.

- Sr Solina
Rwanda

Ce fut pour moi une expérience très forte de la Famille Assomption car ce fut la première fois que je rencontrais et vivais avec les six familles. Je reconnaissais avec grande joie dans le groupe les éléments chers à l’Assomption : l’esprit de famille et de fraternité, l’amour de l’Eglise, la passion de Dieu et la compassion de l’homme et spécialement de l’homme africain à ce moment là et je sentais en nous tous et en chacun la volonté d’aller à la rencontre de cet homme qui est toujours menacé par les guerres, les maladies , l’ignorance, la peur, le complexe d’infériorité ,la pauvreté, la mondialisation afin de travailler avec lui à sa libération
Je sentis très fort la fragilité de l’Afrique et par là le rôle important de l’éducation
Je pris conscience de combien le dialogue interreliligieux et œcuménique est important dans une Afrique où prolifèrent plusieurs sectes et plusieurs Eglises afro-Chrétiennes Indépendantes desquelles je ne m’approchais pas auparavant, et où le dialogue avec l’Islam prend de plus en plus d’importance.
J’ai fait l’expérience de l’efficacité et de l’enrichissement mutuel de travailler ensemble comme famille.
Le thème : « l’Afrique : culture de dialogue entre la foi et la culture » et la dynamique de la RIAD 2006 m’ont fortement surprise et vont m’aider dans mon approche pastorale : partir de l’anthropologie de l’homme qui est devant moi, de son histoire et de sa vie sociale, dans un dialogue franc et plein de respect de l’autre , ne pas chercher à faire des hommes et des femmes des Chrétiens avant de les aider à être des hommes et des femmes avec la dignité de l’être humain.
Le partage des expériences dans les travaux de groupes et même dans les conférences m’a beaucoup enrichie et le fait que moi-même j’ai pu partager notre expérience de la Province du Rwanda sur notre cheminement de la réconciliation et la demande de pardon me confirme et m’encourage à travailler à plus de fraternité dans une Afrique en pleine mutation et toujours en conflit, avec le devoir de réconciliation avec son passé...
L’ambiguïté de certaines valeurs africaines comme la solidarité au nom de laquelle on se croit autorisé de vendre son frère ou de vider les caisses communes me fit lancer comme défi pastoral l’évangélisation des valeurs et le travailler à la formation de l’Eglise famille.
Dans l’anthropologie de l’homme africain, je fus particulièrement frappée par la place de la parole et son usage dans la vie sociale et le fait que l’Africain est en contact permanent avec le monde visible et invisible et dans ce monde invisible la place tenue par les ancêtres et la place privilégiée de Dieu.

- Lire la présentation de Sr Isabelle Roux >>
- Lire les témoignages des soeurs de l’Afrique de l’ouest>>
- Lire les témoignages des soeurs de l’Afrique de l’est >>
- Lire les témoignages des soeurs d’Europe >>

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre