Vous êtes ici:

L’expérience de Marie-Eugénie

4.1 - Le parcours

Vidéo


 


Dans un premier temps, Marie-Eugénie pense fonder une congrégation vouée à l’éducation. Elle ne penche pas pour un style de vie contemplative et cherche à connaître les règles des congrégations apostoliques. Mais les étapes de sa formation religieuse, puis l’expérience de la vie communautaire l’acheminent peu à peu vers la vie contemplative.
L’action exigeante et zélée prônée par Marie-Eugénie ne peut se concevoir sans un enracinement profond dans l’étude, la réflexion et la prière.
Ainsi la fondatrice et ses premières compagnes mettent leurs pas dans les pas de grands priants contemplatifs comme Augustin, Benoît, Bernard, Catherine de Sienne, Thérèse d’Avila, Jean de la Croix, François de Sales.
 Il ne s’agit pas seulement de ménager des temps de prière, mais de vivre une vie de prière, une vie où la foi, l’amour, l’expérience spirituelle fécondent l’action.
De la vie contemplative découlent un esprit, une manière d’être et d’agir.

Qui pourra combler les désirs de mon cœur


Qui donc pourra combler les désirs de mon coeur
répondre à ma demande d’un amour parfait ?
Qui sinon toi, Seigneur, Dieu de toute bonté,
toi l’amour absolu de toute éternité ?


Plus près de toi, mon Dieu, j’aimerais reposer :
c’est toi qui m’as créé et tu m’as fait pour toi ;
mon cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en toi !
Mon cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi !


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre