L’action, une autre prière

5.2 - Propositions pour aller plus loin


C’est une joie de voir que tant de personnes trouvent aujourd’hui du goût dans la prière, et plus largement dans toutes sortes de manières de méditer. Les intentions, les méthodes, les intérêts sont certes très divers, mais les témoignages s’accordent sur les fruits recueillis. Repos intérieur, bien-être, enrichissement spirituel sont autant de sources de respiration au quotidien, qui confèrent lucidité et vérité dans une vie personnelle et relationnelle plus paisible et fraternelle.
Saint Ignace de Loyola, qui alla jusqu’à prier sept heures par jour au lendemain de sa conversion, découvrit plus tard, en organisant sa vie d’étudiant à Paris, que "l’homme ne sert pas Dieu seulement quand il prie". Davantage, loin de ruiner l’œuvre de la prière, l’action suscite une prière nouvelle, propre aux conditions dans lesquelles elle se déroule. Voilà qui fait "trouver Dieu en toutes choses". Et, pour Ignace, comme pour tous ceux qui vivent de la force de l’amour, Dieu ne nous rejoint pas dans une prière indéfiniment épurée. Sa tendresse accompagne et suit l’effort de charité active et de discernement d’une action menée au service de son Règne, dans un monde plus juste, plus humain, plus attirant.
Cependant, en retour, seul le goût de la prière peut nous tenir dans une attention évangélique aux besoins du monde et à la venue toujours imminente de Dieu. Opter pour un style de vie où la prière fonde l’action et en fait une respiration au service
du Bien commun : voilà certainement une urgence de notre temps et de nos sociétés plurielles et fragiles.

Remi de Maindreville, sj,

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre