L’Eglise, communauté vivante

8.2 - Propositions pour aller plus loin

Le christianisme n’est pas affaire de savoir livresque, ensemble d’idées généreuses ou sublimes sur Dieu et la destinée humaine ; il ne s’identifie pas à une gnose à laquelle on adhérerait comme on adopterait des idées générales ; il n’est vivant que transmis et reçu par des communautés cherchant à vivre de son Esprit, donc dans l’Église ou dans des Églises ; et l’on en vit à son tour que parce qu’on a été touché (à travers des expériences extrêmement diversifiées) par une telle communauté, donc par des témoins, communauté à laquelle l’appel porte à se joindre pour en vivre avec ceux et celles qui ont été aussi concernés. ( … )

Chacun a ainsi besoin de témoins qui le tirent de sa léthargie et l’incitent à poursuivre, qui le contestent dans ses torpeurs ou ses paresses, qui l’interpellent, comme on dit aujourd’hui. ( …)
Il n ’y a nulle contradiction entre engagement personnel et engagement communautaire. II n’y en a pas à partir du moment où la référence à l’Église ne joue pas comme une identification conformiste ou comme une fixation sur des modèles figés, mais comme ce qu’elle doit être : un renvoi à son propre charisme et à son engagement personnel que la communauté entretient et vivifie.

Paul Valadier
La condition chrétienne.
Du monde sans en être. Editions Seuil

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre