Vous êtes ici:

JPIC-S à São Paulo (Brésil)

Justice, Paix, Intégrité de la Création et Solidarité

- Les Projets Espérance et Belém offrent une possibilité de changer cette situation, même si c’est dans “une très petite sphère”. Les soeurs et un groupe de laïcs volontaires ont établi une nouvelle manière d’agir auprès d’enfants pauvres de la région sud de São Paulo. Les soeurs croient que c’est une façon de répondre à la mission de la congrégation de “changer la société par l’éducation et la formation personnalisée”. Elles croient que Marie-Eugénie approuverait ce genre d’action d’humanisation et de christianisation.
- L’objectif est d’offrir une éducation complémentaire à des enfants et adolescents pauvres, qui les aide à s’intégrer dans la société. Le but est de travailler en priorité la convivialité entre les enfants et jeunes, leurs familles. Il s’agit de leur apprendre à respecter les différences, à croître dans la capacité d’aimer, dans la tolérance et dans la construction d’amitiés.
- Le projet Espérance accueille 130 enfants le samedi. Les enfants mangent ensemble, prient, jouent, participent à divers ateliers : art, informatique, théâtre, sport, catéchèse, soutien scolaire... On leur remet de la nourriture pour leurs familles.
- Le Projet Belém (Bethléem) est fils du Projet Espérance. Il se déroule du lundi au vendredi, accueillant le matin des jeunes qui vont à l’école l’après-midi et vice-versa. Dans une maison appartenant au Collège, il reçoit des jeunes de 15 à 18 ans, qui participent aussi au Projet Espérance. Il offre aux participants une alimentation quotidienne saine, de la convivialité, une formation pour un travail dans le secteur alimentaire. Ils apprennent l’hygiène, l’élaboration de gâteaux, tartes, pizzas, friandises de toute sorte... Ils sont initiés à l’accueil des clients, à l’administration et au contrôle des ressources et dépenses de l’œuvre.

Dans les deux projets une catéchèse est proposée, une formation chrétienne de base. Les sacrements sont proposés et les grandes fêtes chrétiennes célébrées.

Ainsi les enfants font l’expérience positive de la convivialité, qui les aident à améliorer les relations entre eux et en famille. Ils retrouvent une certaine estime de soi, acquièrent des valeurs évangéliques. Des adolescents qui ont fait une expérience ou qui déjà sont dépendants de l’alcool ou des drogues ont pu être dirigés vers des institutions pouvant les aider. Les volontaires découvrent le bonheur de servir, découvrent un nouveau visage de l’Évangile.

Pendant un certain temps, il a aussi été possible de développer un travail avec un groupe de femmes, mamans des enfants du Projet Espérance. Les femmes en milieu défavorisé ont en général une image d’elles-mêmes très négative. En général très peu scolarisées, elles portent de lourdes charges : travaux de la maison, corvées de ménage ou de blanchissage mal payés, pas de possibilité d’un emploi digne, mépris de leurs maris ou compagnons (qui souvent les agressent)... Avec une éducatrice volontaire, les soeurs les reçoivent deux après-midi par semaine, pour les former à de menus travaux manuels : bois, mosaïque en céramique, plateaux... Mais c’est surtout une occasion de rencontre, d’échange, de prise de conscience de leur dignité et un lieu d’échange de leurs difficultés.

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre