Vous êtes ici:

Inquiétude pour trois assomptionnistes enlevés en RDC

Une grande famille

Toujours aucune nouvelle des trois assomptionnistes enlevés le vendredi 19 octobre dans la paroisse Notre Dame des pauvres de Mbau en République démocratique du Congo. Les pères Jean-Pierre Ndulani, supérieur, Anselme Kakule Wasukundi, curé, et Edmond Kisughu Bamtupe, vicaire, sont toujours retenus prisonniers sans que l’on sache où, ni par qui. Aucune demande de raison n’a été formulée par les ravisseurs qui ne se sont jamais fait connaître. Le mystère reste donc entier sur un fait qui n’est pas isolé en RDC. 

"Le sort de nos trois confrères restent encore inconnu" reconnait le père Protais Kabila Kalondo, provincial de la province d’Afrique des Assomptionnistes. "Les ravisseurs refusent de se faire connaître ; nous sommes dans une situation complètement confuse" ajoute-t-il. Les seules informations réelles et objectives qui parviennent aux assomptionnistes sont celles fournies par des "escrocs". Autrement dit, les membres de la communauté sont dans le flou le plus total. "Ils veulent seulement de l’argent. Ils se présentent comme des intermédiaires qui peuvent les libérer mais quand on leur demande des preuves, d’écouter les voix de nos confrères, ils fuient, on ne les revoie plus".

Les mystères d’une disparition sans motif

Les causes pour lesquelles les trois pères assomptionnistes ont été enlevés demeurent également obscures. "Je suis étonné, reconnaît le père Kalondo. Cela faisait deux semaines que nos trois confrères étaient nommés. Ils n’avaient aucune influence ni morale, ni sociale, ni politique sur la population de la paroisse" précise-t-il. De plus, les ravisseurs n’ont rien volé dans la maison de la communauté. "Je ne vois pas de motifs politiques directs même si cette affaire est devenue politique aujourd’hui". 

Du côté des autorités, rien ne filtre mais selon le provincial les enquêteurs n’ont rien découvert. En réalité, il n’attend "pas grande chose de l’armée congolaise, de la police ou de la Monusco, parce qu’au niveau de l’enquête, je ne vois pas beaucoup d’activité", se plaint-il. C’est pourquoi le père Kalondo lance un appel aux "puissances étrangères pour qu’ils exercent une pression sur les gouvernements congolais, rwandais et ougandais parce qu’il y a plusieurs milices de ces trois pays qui opèrent dans le Nord-Kivu et dans la région de Beni où les trois prêtres ont été enlevés".
Ce dossier ne doit pas faire oublier que c’est l’ensemble de la population du Nord-Kivu qui est concernée par ces enlèvements. "Mes confrères ne sont pas les premiers ni ne seront les derniers", affirme le père Kalondo. "D’autres enlèvements ont eu lieu après le leur" explique-t-il. "C’est toute une population qui est en otage, qui ne sait plus mener les activités des champs et qui du coup, voit la pauvreté s’abattre sur elle. Il y a donc de graves conséquences politiques, économiques et spirituelles dans cette région".

Le père Protais Kabila Kalondo,
provincial de la province d’Afrique des Assomptionnistes,
au micro du père Jean-Pierre Bodjoko
Radio Vatican, 13 décembre 2012.



À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre