Immersion à Yamoussoukro

CGP 2009

Notre immersion a eu lieu avec les Sœurs de la Providence de Saint Gaëtan, trois d’entre elles étaient brésiliennes, une était Italienne et 2 africaines du Togo. Elles nous ont accueillies très bien et nous ont fait visiter le Centre où elles accueillent gratuitement environ 80 filles de 7 à 17 ans.

JPEG - 363.6 ko
A a Providencia de San Gaitán
JPEG - 217.5 ko
Costa de Marfil

Actuellement en Côte d’Ivoire la situation politique continue d’être difficile, l’insécurité est grande. La guerre a fait beaucoup de ravages en obligeant les familles à migrer vers d’autres régions du pays. Le désordre social s’est accru et cela est cause de beaucoup de souffrances : violence, chômage, faim. Le Centre est une réponse à toutes ces souffrances, puisqu’il accueille les petites filles qui n’ont pas d’argent pour payer l’école ou les filles des familles déplacées par la guerre et même des filles dont la famille est arrivée à une telle pauvreté que les adolescentes sont acculées à se livrer à la prostitution afin d’ aider leurs familles. Quelques filles nous ont dit que ce qui leur plaisait le plus au Centre c’était de : " pouvoir manger" !!!
Les sœurs, aidées par quatre excellentes institutrices, travaillent à leur alphabétisation, l’apprentissage du Français (beaucoup d’entre elles à la maison parlent une autre langue), la formation dans des valeurs et ont des ateliers où elles apprennent à faire du savon, des sacs tissés, de la couture, de la teinture de tissus, de la bijouterie, de la cuisine, etc.. tout cela afin de pouvoir s’en sortir plus tard dans la vie. Le Centre est ouvert à toutes les personnes dans le besoin. Les filles appartiennent à différentes religions et sectes. Il y a des musulmanes. Mais au Centre on apprend le respect envers l’autre. À l’heure du repas elles prient ensemble. Quand j’ai fait remarquer à une fille musulmane que cela impliquait faire le signe de la Croix, elle m’a simplement répondu : "Je prie au fond de mon cœur." C’est une belle expérience de tolérance et œcuménisme.

JPEG - 41.9 ko
Giancarlo
JPEG - 46.3 ko
CGP à Yamoussoukro

Les sœurs nous ont emmenées dans une autre communauté où elles travaillent dans un hôpital ; elles soignent une maladie nommée "l’Ulcère de Brulis", qui provoque des plaies dans la peau et elle peut même pénétrer jusqu’à l’os. Grâce au Dieu, on a découvert les médicaments qui leur permettent de guérir. Parfois il faut avoir recours à des interventions chirurgicales et faire des greffes. Sur les 120 cas qu’a ont été traités l’an dernier, 98 ont été complètement guéris, les autres sont en voie de guérison. Les malades restent là entre 3 et 6 mois pour refaire leur santé ; on a construit un bâtiment pour les loger et soigner. Quelques médecins, des infirmiers et deux sœurs infirmières restent aussi sur place pour accompagner les malades pendant leur traitement.

Un grand esprit de famille règne entre tous. La souffrance, jointe à la vie donnée des sœurs et des médecins contribue à cela. Ils nous ont reçues en chantant. Là aussi ils prient ensemble, bien qu’ils appartiennent à différentes églises et des religions.
Le Centre reçoit des malades des différentes régions du pays. Il n’y a que trois Hôpitaux qui s’occupent de cette maladie terrible en Côte d’Ivoire et les trois sont aux mains de Religieuses. Nous avons réellement pu nous rendre compte du travail merveilleux réalisé par les Religieuses en Afrique et nous en rendons grâces au Seigneur.

Maria Dolores Espinoza (México) y Brigitte

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre