Vous êtes ici:

Histoire d’une Fusion : 6 août 1968 – 3 août 2018…

L’Assomption

Cinquante ans ! … Un Jubilé d’or ? … De quoi s’agit-il ?


Il s’agit d’un évènement qui a marqué deux Congrégations et dont nous voulons faire mémoire aujourd’hui, en cette Fête de la Transfiguration du Seigneur.

C’est toute l’histoire d’une ‘Fusion’


Vingt ans après la Fondation des Religieuses de l’Assomption, à Paris, en 1839, par Mère Marie Eugénie, une autre Congrégation prenait naissance à Orléans : les Sœurs Gardiennes de l’Eucharistie, dont Mère Thérèse de la Croix était la Fondatrice et, la Supérieure Générale, en 1873.
Rien ne laissait prévoir, à cette époque, le lien qui unirait les deux Congrégations en ce 6 août 1968. En effet, Mère Marie Eugénie et Mère Thérèse de la Croix ne se sont jamais rencontrées !
Notons seulement, que Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans en 1849, était connu de Mère Marie Eugénie qu’il considérait comme une ‘grande Éducatrice’ !
Et que Mère Thérèse de la Croix, en 1864, était appelée par lui à faire sa Profession perpétuelle.
Comment se fait-il que cet évêque soit connu des deux fondatrices ?
Entre autres choses, sans doute, à cause de ses écrits :
- Le Traité de l’Éducation en 1850,
- L’Éducation des Filles, en 1877, (n’avait-il pas confié la re-lecture de ce traité à Mère Marie-Eugénie ?)
qui rejoignaient le charisme des deux Congrégations : Adoration et Éducation.
Et chaque Congrégation poursuit son chemin.

Après le concile Vatican II


Il faut attendre la fin du concile Vatican II pour que les deux chemins se rencontrent en la personne de Mère Marie Denyse et de Mère Marie Christilla.
Tandis-que la Congrégation des Religieuses de l’Assomption se développait en France et au-delà, celle des Gardiennes Adoratrices avait subi la loi de 1904, supprimant beaucoup de Maisons, d’où (une diminution importante du nombre de Sœurs.
Dans les années 1960… la Congrégation ne comptait plus qu’une centaine de Sœurs, ce qui posait beaucoup de questions pour l’avenir !...
C’est alors que le concile Vatican II, conscient de ce problème qui touchait d’autres congrégations, proposait à celles qui étaient trop petites de s’unir à une autre, plus forte, dont le charisme se rapprochait du sien.


1963, à la Maison-Mère des Gardiennes Adoratrices, se tient un Chapitre Général. Depuis 18 ans, Mère Agnès du Sacré-Cœur en était la Supérieure Générale, elle demandera, alors, à en être déchargée. C’est Mère Marie-Christilla qui fut élue et c’est à elle qu’incombera la charge de prévoir un rapprochement avec une autre Congrégation, animée d’un même charisme.
Plusieurs tentatives auprès de différentes Congrégations échouent !


A quelle porte frapper ?
C’est alors qu’il est conseillé à Mère Marie-Christilla de s’informer auprès de la Présidente des Supérieures Majeures de France qui n’est autre que Mère Marie Denyse, Supérieure générale des Religieuses de l’Assomption.
C’est en janvier 1967 qu’a lieu, à Auteuil, une rencontre entre les deux Supérieures Générales. Osons la qualifier de "Rencontre Historique"
- "Venez chez nous – dit Mère Marie Denyse, en ouvrant ses grands bras - ; Cent Adoratrices de plus, c’est une grâce du Ciel !"
C’est alors qu’à Orléans, est lancée la fameuse consultation de laquelle dépendra, pour une bonne part, l’avenir des Gardiennes Adoratrices ; c’est à l’unanimité (moins une voix) que les Sœurs souhaitent un rapprochement avec une Congrégation plus forte.
Alors la ‘Fusion’ se prépare : Contacts multipliés, ardente prière, consultations se succèdent…
Puis, c’est la première visite de la Supérieure Générale de l’Assomption à la Maison-Mère des Gardiennes Adoratrices, à Orléans, de laquelle est ressorti un accord profond sur plusieurs points essentiels :
- Adoration du Saint-Sacrement et Esprit Eucharistique
- Primat de la Prière ;
- Œuvres d’Éducation et d’Enseignement dans un esprit missionnaire.

Mais alors, une ‘Fusion’ serait-elle pour les Gardiennes Adoratrices, une mort ?… Ou un renouveau de vie ?...


Pour toutes les sœurs, cette union est le point de départ d’un renouveau de vie et cette certitude s’appuie sur l’Évangile, l’entrée dans le Mystère pascal, bien dans la ligne de leur vocation eucharistique.
Et, du côté des Sœurs de l’Assomption ? …
Mère Marie Denyse écrit à ses sœurs ; "C’est le Christ que nous allons recevoir en ouvrant nos cœurs aux Gardiennes Adoratrices. Les accueillir sera une grâce d’approfondissement intérieur. Entrons par la Foi dans cette aventure spirituelle autour de l’Eucharistie, base de la ‘Fusion’ projetée".

Et l’Année 1968 s’ouvre.

  • Le 10 avril, le dossier des sœurs Gardiennes Adoratrices, nécessaire à la ‘Fusion’ est envoyé à Rome.
  • Deux mois plus tard, le 10 juin, paraît à Rome, le dossier de la ‘Fusion’.
  • Du 15 au 24 juillet, et du 28 juillet au 6 août de cette même année 1968, le Père Couturier, Jésuite, prêche à la Maison-Mère des Gardiennes Adoratrices deux retraites auxquelles participent des Sœurs de l‘Assomption. Mère Marie Denyse y est présente et voit en particulier chaque sœur Gardienne Adoratrice.
    Pendant ces deux retraites, le délégué de l’évêque d’Orléans reçoit la signature de chaque Sœur Gardienne Adoratrice pour la ‘Fusion’ : 94 Sœurs passent à l’Assomption ; 3 ont choisi une autre Congrégation ; une demande la sécularisation.
  • Quelle importance revêt alors en ce 6 août 1968, la fête de la Transfiguration qui termine les retraites !
  • Une Messe solennelle est célébrée dans la chapelle d’Orléans par Mgr Riobé. Ainsi la ‘Fusion’ s’accomplit autour de l’Eucharistie, confirmée par ces quelques mots de Mgr Riobé aux Sœurs Gardiennes Adoratrices :


"Soyez toutes pleines de Joie, Que toutes ensemble, vous soyez uniquement au service de l’Église. Que jamais, de l’une à l’autre, il n’y ait de différence pour que l’unité de votre Congrégation de l’Assomption soit entièrement signe efficace de la Mission de l’Église".

Depuis 50 ans


Maintenant que, depuis 50 ans, la ‘Fusion’ est chose faite, nous pouvons nous poser la question : cette ‘Fusion’ souhaitée et voulue par les deux Congrégations allait-elle de soi ?
Pas précisément !
Cette aventure fut un long chemin !
Sœur Thérèse Maÿlis, archiviste, écrivait au dixième anniversaire de la ‘Fusion’ :


"C’est dans le mystère de la Transfiguration que nous avons voulu vivre et engager la ‛Fusion’, c’est le Mystère Pascal qui nous a nourries sur la route. Or, sur un chemin, on rencontre de rudes montées, des paysages magnifiques, et des tunnels obscurs, on reçoit le soleil et la pluie, les orages et la brise légère. Mais il y a les compagnes qui nous aident et Dieu qui est avec nous".


"En ce dixième anniversaire - écrivait-elle encore - nous pouvons rendre grâce pour tout ce que nous avons reçu les unes des autres, nous rappeler notre alliance et la renouveler sans condition dans le grand acte d’espérance qui fut posé le 6 Août 1968".


Voilà pourquoi, malgré le tout petit reste que nous sommes aujourd’hui, nous voulions faire mémoire de notre histoire et renouveler le "OUI" prononcé il y a, tout juste, 50 ans.

En post-scriptum, ajoutons ceci


En 1985, Mère Marie Denyse, âgée et malade à Lourdes, rejoignait le Seigneur, suivie, deux ans plus tard, par Mère Marie-Christilla. Nos deux Mères ont été inhumées dans le caveau de l’Assomption, au cimetière de Lourdes où elles reposent côte à côte, alors que le cimetière d’Orléans avait accueilli, après la guerre de 1914, Mère Thérèse de la Croix.
Quant à Mère Marie Eugénie, c’est à la Maison-Mère de l’Assomption, à Auteuil, que l’on peut venir prier et vénérer celle que l’Église a déclarée sainte, le 3 Juin 2007 à Rome.
Au Ciel, elles sont réunies nos quatre Mères très aimées, grâce auxquelles nous continuons notre route, sûres de leur intercession ; et remplies de joie, de reconnaissance et d’action de grâce envers le Seigneur qui nous a conduites avec tant d’amour, au fil des années, et qui continue d’être avec nous pour toujours comme Il nous l’a promis !


Sœurs Agnès Emmanuel et Christa
Fait à Issoudun août 2018


Commentaires

sr. Josiane Emmanuel - 12 août, 17:52

Merci pour ce beau partage. Oui nos chemins sont sources de vie hier et aujourd’hui

vicenta javier - 11 août, 14:09

Thank you for this page from our history. Interesting to be passed on to our communities, to the next generation. Thank you to Agnes Emmanuel and Christa for writing this.

Ana Senties - 7 août, 18:11

Qué alegría seguir conociendo nuestra historia reciente, la FUENTE donde beber...

6 août, 14:38

Merci de cette page d’histoire qui nous remet en perspective cette aventure


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre