Vous êtes ici:

Françoise Muckensturm - La peur de se perdre en Dieu

7.2 - Propositions pour aller plus loin


Le combat spirituel ne consiste pas à combattre ses démons mais à croire, sans débat intérieur, sans peser le pour et le contre, à la parole de vérité qui demeure au plus intime du coeur.
Il ne consiste pas à combattre la passivité, la résignation ou encore à affronter la peur, déguisée en modestie.
Le combat ouvre la profondeur ignorée du coeur à l’écoute de ce qui parle et que nous n’entendions pas, de ce que la peur nous interdisait d’entendre. La peur naît de l’imminence d’un danger. Elle nous souffle : "Si j’abandonne mes remparts, mes défenses, le personnage que je me suis forgé (ne dit-on pas : “C’est son caractère” ?), que serai-je ? Je tomberai dans un gouffre, je n’existerai plus…" C’est la peur de se perdre en Dieu.
Le combat ne cesse pas pour autant, il ne cessera jamais. Entrer dans la vie de Dieu, cela veut dire découvrir l’amour. Un mot qui n’est pas "du monde", qui ne désigne rien de sentimental, rien qui tiendrait d’un repliement secret sur une satisfaction personnelle. Qui engage de plus en plus profondément, dans la proximité avec l’autre, attention, respect et détachement. Dans la vie quotidienne, professionnelle, amicale, conjugale, fraternelle, sociale, citoyenne, on voit combien cette relation peut être éprouvante, on voit bien qu’on ne "gagnera" jamais contre le déploiement de la toute-puissance adverse — si ce n’est en renonçant à sa volonté propre pour accueillir celle de Dieu.


Françoise Muckensturm

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre