Fête de la Trinité

Année liturgique 2007-2008 [A]

- Le mot d’explication :

Le drame que l’Evangile de Jean raconte a une dimension cosmique. La venue de Jésus ouvre un passage vers le Père pour ceux qui sont dans le monde. Car le Père a envoyé son Fils non pour juger le monde mais pour le sauver. Une fracture s’opère alors entre ceux qui croient en la parole de Jésus et ceux qui la refusent. L’Evangile dit alors que les premiers ne sont pas du monde ; le Père les a tirés du monde. Les seconds, en revanche, sont de ce monde.
Jésus prie pour ceux qui n’appartiennent plus à ce monde, mais y demeurent, afin qu’ils soient garder du mauvais et sanctifier dans la vérité.

- Méditation :

Jésus, vrai homme, lève les yeux au ciel et prie : Père... Glorifie ton fils... Ainsi s’exprime l’amour du Père pour le Fils, comme le Fils a exprimé le projet du Père dans l’histoire des hommes. Il a fait connaître le Père, seul vrai Dieu, source de tout don. Le Père lui a fait le don le plus grand qu’il pouvait lui faire : il lui a donné les hommes. Les hommes ont gardé fidèlement la parole du Père ; autrement dit, ils sont restés enracinés en Christ, le Verbe de Dieu. Ils ont reçu la parole - c’est la dimension de la foi - et ils ont reconnu - c’est la dimension de l’amour - . Ainsi l’homme est capacité de foi et capacité d’amour.
Pourtant il n’agit pas toujours dans l’amour, la vérité, la bonté. Pour que Dieu apparaisse dans la vie d’un homme, il lui faut faire un travail sur lui-même. Il lui faut passer du monde au Père et c’est un travail de purification des sens pour ôter en lui ce qui est jalousie, vengeance, paresse, égoïsme... L’amour n’est pas produit par l’homme : c’est ce que Dieu lui a donné pour aller vers lui. L’homme alors doit libérer l’amour.
L’appel est pour nous, si nous voulons vraiment expérimenter Dieu, prendre conscience que notre vie est histoire du salut. Il faut ôter tout ce qui empêche l’amour, sinon l’opacité de notre être empêche que Dieu apparaisse. Le mystère de la Trinité s’exprime à travers nous, lorsque nous nous sentons surgir du Père, identifié avec le Fils, mû par l’Esprit. L’enjeu est de taille : libérer la vie divine en nous, vivre notre histoire et toujours revenir à Dieu pour continuer à vivre dans le monde.
Le moindre petit geste d’amour nous introduit dans la Trinité, dans l’éternité. Il nous faut avoir l’humilité et l’espérance de reconnaître que le premier acteur est l’Esprit et que nous ne sommes que ses coopérateurs. Demandons donc la grâce de consentir à nous laisser conduire par lui pour entrer dans l’échange d’amour, qui est Dieu.

- Seigneur tu es au-dedans de nous, toujours avec nous, toujours déjà là. Mais nous ne sommes pas complètement en toi ; car il y a en nous aussi la tendance à la fermeture sur nous-mêmes, au repli... Par l’action de l’Esprit, purifie-nous... rends-nous participant de ton foyer d’amour ardent de Père et de Fils dans l’Esprit.
Oui, que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec nous tous.

© Sr Sophie Ramond, r.a.

>> Regardez la vidéo sur croireTV de Grégoire Aslanof qui explique la vision orthodoxe de l’icône de la Trinité. Ce n’est pas... ce que les catholiques pensent !

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre