Discernement

1ère partie : Sa jeunesse

Marie Eugénie a 20 ans. Devant pareille sollicitation insistante, elle si mesurée, si réfléchie, s’inquiète : se remettre ainsi entre les mains d’un homme aussi peu raisonnable et mesuré ? À 20 ans, se trouver fondatrice de quelque chose dans l’Église de Dieu ? Développer un projet qui au départ n’est pas le sien ? Non, elle ne s’en sent pas capable : c’est impossible. Elle décide de quitter l’abbé Combalot, et le lui fait savoir par écrit. Lui, ne lâche pas prise, et au cours d’un entretien lui dit : "C’est Jésus Christ qui sera le fondateur de Notre Assomption. Nous ne serons entre ses mains que des instruments, et entre les mains de Dieu, les plus faibles sont les plus forts."

Voilà Marie Eugénie aux prises avec un rude combat "Je lutte contre le Saint Esprit, et je tache de lui échapper. Mais, Dieu soit loué, jusqu’ici j’ai été vaincue dans la lutte... Dès que je me remets tout entière entre les mains de Dieu, je sens une paix si profonde, si douce, que je suis consolée de tout." Sa seule volonté, ses seules forces, ne lui suffisent pas pour discerner, pour décider que faire... Consciente du duel que se livrent en elle l’Esprit Saint et l’"Adversaire", jeune adulte de 20 ans, elle demande à recevoir le sacrement de confirmation. En la fête de Pâques, elle reçoit en plénitude l’Esprit saint, dont la force l’envahit, l’éclaire, la soutient. Il est présent en elle en grand vainqueur. "Ce jour là, ma vocation fut fixée. La confirmation fut pour moi la porte d’une vie nouvelle."

Attente, interrogations, hésitations, combat, voilà que maintenant il lui connaître aussi, les larmes de l’affectivité blessée. Marie Eugénie n’a que 20 ans ; elle n’est pas majeure et se doit de demander son assentiment à son père. Au cours de ce premier retour - bien émouvant - au Metz de son enfance, elle lui parle de son appel à la vie religieuse. Effrayé de la décision de sa fille, Monsieur Milleret s’y oppose, et Marie Eugénie pleurera tout autant de la souffrance qu’elle inflige à son père, que de son incompréhension et de celle plus totale encore de Louis, son frère tant aimé.

>> Cliquer pour accéder à la suite

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre