Vous êtes ici:

Ce qu’en dit Saint-Augustin

2.1 - Le parcours

Lecture : Confessions X, 27



Bien tard je t’ai aimée,
0 Beauté si ancienne et si nouvelle
 bien tard je t’ai aimée.
Et voici que tu étais au-dedans,
et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais,
et sur la grâce de ces choses que tu as faites,
pauvre disgracié, je me ruais !
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec Toi ;
Elles me retenaient loin de Toi,
ces choses qui pourtant,
si elles n’existaient pas en Toi,
n’existeraient pas !
Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;
tu as brillé, tu as resplendi,
tu as dissipé ma cécité ;
tu as embaumé, j’ai respiré
et haletant j’aspire à Toi ;
j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
tu m’as touché
et je me suis enflammé pour ta Paix.
Saint Augustin
 

Écouter Gérard Depardieu proclamer ce texte


⇒ Vers "Et moi ?"


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre