Amérique

Pour les 20 ans d’Assomption-Solidarité

Mexique, école Maria Eugenia Milleret de Carrasco : installation de robinets et toilettes à faible consommation pour économiser l’eau

Le projet d’installer de sanitaires à faible consommation d’eau dans l’Ecole et le Centre Technique et Culturel Marie Eugénie Milleret de Carrasco est né du souci de la communauté éducative d’économiser l’eau apportée par le réseau urbain de la délégation de Tlalpan. Dans cette région de l’agglomération de Mexico, l’eau potable y est assurée à 96% par les raccordements domestiques du réseau d’eau potable urbain et à 4% par des wagons citernes. Le réseau hydrographique est formé par des cours d’eau de caractère intermittent et les nappes phréatiques subissent une forte détérioration en raison d’un déboisement et d’une agriculture de subsistance intensifs. L’approvisionnement en eau est actuellement limité à 5 jours par semaine, il est parfois aléatoire, car en cas de réparation du réseau, la distribution peut être interrompue pendant 15 jours.
L’équipe éducative veut apprendre aux enfants à considérer l’eau comme une denrée précieuse et à l’utiliser de façon plus rationnelle et économique grâce à l’installation de robinets économiseurs d’eau et des toilettes avec chasse d’eau économique. Un second objectif est de récolter et stocker les eaux de pluie pour une utilisation dans les toilettes ou le nettoyage. Le personnel et les parents d’élèves effectueront la pose des robinets économiseurs d’eau, des filtres et des toilettes avec chasse d’eau économique qu’Assomption Solidarité a financés pour un montant de 3 790 €

Argentine, à la Rioja : "Sauvons le Famatina", pour protéger les ressources en eaux, opposition à l’implantation d’une nouvelle entreprise minière

La Rioja est une ville et une région du nord-ouest de l’Argentine. Son économie repose principalement sur la production de vignes et d’oliviers, une agriculture nécessitant une importante irrigation. Par ailleurs, une grande partie de la chaîne montagneuse de l’extrémité nord de la région est riche en minéraux et métaux précieux. Au sein de ce cordon, se trouve le Famatina qui vit de l’agriculture et du tourisme. Le Famatina est appelé "wumatina" ce qui signifierait "Mère productrice de métal blanc, jaune ou rouge" .L’eau y est plus précieuse que l’or "la province est aride et dispose de juste assez d’eau pour vivre".
La région fait donc face à un problème environnemental de taille dans une région qui manque d’eau : d’une part, une agriculture qui en a besoin pour irriguer les cultures et, en face, des compagnies minières internationales qui ne respectent pas les normes écologiques avec des méthodes d’exploitation modernes nécessitant de violentes déflagrations, d’énormes quantités d’eau et l’utilisation de cyanure pour extraire les minerais. Cette exploitation minière est extrêmement polluante pour l’environnement et elle a malheureusement le soutien du gouverneur de la région.
Les opposants à ce projet soutenus par les religieuses de l’Assomption de la Rioja manquent de moyens matériels pour se faire entendre lors des manifestations et ont fait appel à Assomption Solidarité pour se procurer des outils pour communiquer à grande échelle et faire prendre conscience de la nécessité de défendre l’environnement et sensibiliser les habitants sur les dommages causés par l’exploitation des mines à ciel ouvert
Assomption Solidarité a ainsi financé l’achat d’un microphone, d’un haut-parleur portable ainsi que d’un projecteur pour former les habitants pour un montant de 1 680 € 

Salvador, San Jose las Flores, au centre d’enseignement des jeunes : intégration éducative de la mémoire historique et formation en faveur de la vie et contre la mort apportée par des sociétés minières multinationales

San Jose Las Flores est une commune très pauvre de 1583 habitants dont l’histoire récente, très difficile, a fortement soudé la communauté villageoise. La répression armée a souvent obligé la population à vivre cachée dans les monts environnants. Les habitants sont actuellement en lutte contre les exploitations minières à ciel ouvert, menées par les multinationales qui causent des dommages irréversibles sur la population et l’environnement. Ils ont le soutien de l’église diocésaine et leur détermination a même eu un impact au niveau national. Le processus de conscientisation et d’opposition n’a pas cessé, mais il est très lent. La communauté locale continue sa lutte, mais elle sent le besoin de préparer les jeunes à prendre le relais. Un projet de formation à l’attention des générations futures se met en place pour permettre de transmettre l’héritage reçu, faire prendre conscience aux jeunes des dégâts causés par ce type d’exploitation, et changer les lois au niveau national mais aussi sensibiliser les pays voisins également concernés par cette problématique. Le projet est le résultat de l’implication de plusieurs intervenants locaux : les Membres de l’Association communale San José Las Flores avec le Maire et les Religieuses de l’Assomption, le personnel enseignant du Centre de Surveillance et d’Accompagnement de la défense de l’environnement, les étudiants du département de journalisme et communication de la UCA (Université Centroaméricaine s.j.), le Personnel de CRIPDES et CCR (organismes spécialisés dans les questions relatives aux activités minières.) et d’autres encore.
Le coût total du projet est de 10 984 € dont 3 970 € ont été demandés et financés par Assomption Solidarité.

États-Unis, à Worcester : développement d’un jardin communautaire, à Philadelphie, pose de jardinières surélevées

Dans deux communautés de l’Assomption de la côte-est des ÉtatsUnis, à Philadelphie et Worcester, les religieuses s’occupent de populations défavorisées issues de l’immigration. Ce sont des personnes qui veulent retrouver leurs racines et pouvoir les transmettre à leurs enfants. Pour répondre à ce besoin, les sœurs ont créé des jardins communautaires qui permettent aux adultes de cultiver un potager et aux enfants de jouer dans un espace en plein air. Pour pouvoir répondre à des besoins croissants, les sœurs veulent améliorer la productivité en utilisant un tunnel pour allonger le temps de production et diversifier celle-ci en plantant des arbres fruitiers, et à Philadelphie, elles aménagent le jardin pour faciliter le travail des cultures.
La demande, financée par Assomption Solidarité était de 1 112 €.

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre