Vous êtes ici:

33ème dimanche du temps ordinaire - Sr Bénédicte Rollin

Année liturgique 2017-2018 [B]


"Le Seigneur reviendra ! Il l’a promis, il reviendra la nuit qu’on ne l’attend pas…" chantait naguère le père Duval sur une petite musique allègre... Mais y a-t-il vraiment de quoi sautiller de joie ? Le texte de l’évangile de ce jour nous parle de terrible détresse et de cataclysmes peu rassurants – fin de la lumière du soleil et de la lune, chute des étoiles… Il est vrai que les films de catastrophe en 3D avec effets spéciaux nous ont habitués à ce genre d’images. Il y a même des scénarios pires que ce que décrit Jésus ! Mais ce texte a-t-il pour intention de nous décrire la "fin du monde" ?


Quand on regarde de plus près on constate que ces images, empruntées d’ailleurs au langage apocalyptique des prophètes (voir Jl 2,10 ; Am 8,9 ; Is 13,10 etc.), et courantes dans la littérature juive du temps de Jésus, n’occupent que deux versets du passage. Elles évoquent une sorte de dé-création du monde. Mais il ne s’agit pas d’un retour au néant ! En effet l’essentiel, qui est dit au verset 26, c’est la venue du Fils de l’Homme. Il s’agit donc en fait d’une rencontre ! Le "Fils de l’Homme" dans l’évangile de Mc est la manière dont Jésus parle de lui-même, particulièrement pour annoncer sa passion et sa résurrection. Humain, si vulnérable et si semblable à nous… Mais le Fils de l’Homme est aussi l’être divin dont parle le livre de Daniel, qui vient du ciel pour juger toutes les nations (Dn 7). La rencontre avec lui est donc l’évènement majeur de toute existence humaine, et même de l’histoire de l’univers. Tous le verront, dit le texte. Et cette rencontre est en même temps réunion, rassemblement de tous, venant des quatre coins de l’horizon : réunification de l’humanité si longtemps dispersée et divisée, communion enfin recrée entre les hommes se découvrant "élus", c’est-à-dire choisis, aimés, attendus.


Qu’y a-t-il de plus beau à attendre que cette venue (en grec parousie), que cette Rencontre ? Il faut lire ce passage en entendant la prière réitérée du Nouveau Testament : "Marana tha ! Viens, Seigneur Jésus !" (1 Cor 16,22 ; Ap 22,17.20). Cette supplication amoureuse résonne-t-elle en nos cœurs ? Quelle place occupe dans notre Foi ce regard au-delà de l’horizon quotidien, de nos routines et de nos soucis, de nos joies réelles mais éphémères ? Ne sommes-nous pas appelés dans le monde à être des témoins de l’espérance ? Timothy Radcliffe emploie cette image parlante : les chrétiens doivent être comme des gens qui attendent un autobus. Quand on les voit, les yeux tournés vers le bout de la rue, on est rassurés : on sait qu’un bus va venir, même si on ne l’aperçoit pas !


Le verset suivant nous offre une autre image d’espérance : le figuier au printemps. Malgré les cataclysmes il s’agit donc bien d’une nouvelle vie qui commence déjà. Et puis il y a de nouveau l’évocation de la rencontre, mais cette fois toute simple et toute intime : le Fils de l’Homme est tout proche, comme un ami qui attend à notre porte. Par ces images du quotidien et par ces mots « cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive », nous sommes avertis que la parousie nous concerne comme chaque génération de lecteurs de l’évangile. La venue de Jésus, la rencontre avec lui est toute proche, à nous de l’attendre et de la reconnaître dans notre vie. Il est regrettable que la lecture liturgique omette les derniers versets du discours (13, 33-37) où Jésus invite à la vigilance avec la parabole du maître de maison qui revient de nuit, à l’heure où on ne l’attend pas. On ne sait pas l’heure, quoique en disent parfois certaines sectes ou certains "clairvoyants" (comme ceux qui avaient annoncé la fin du monde en 2000 !). Même le Fils est resté dans l’ignorance.


Jésus sait que son propre avenir, comme celui de toute la création, est entre les mains du Père. Accueillons son invitation à l’attente confiante au milieu des épreuves qui sont inévitables et même dans les moments où toutes nos sécurités sont ébranlées.


Sr. Bénédicte Rollin, r.a.
Vilnius - Lituanie
Province d’Europe



33ème dimanche B Mc 13, 24-32 "Le Seigneur reviendra…"

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre