Vous êtes ici:

2e dimanche du temps ordinaire - Sr Bénédicte Rollin

Année liturgique 2017-2018 [B]

Que cherchez-vous ? Où demeures-tu ?

L’évangile de ce jour peut se résumer à ces deux questions qui s’entrecroisent : « Que cherchez-vous ? » - « Où demeures-tu ? ». Deux questions essentielles qui nous ouvrent des pistes de réflexion et de prière.
Au début du récit des regards se rencontrent : deux disciples de Jean marchent derrière Jésus et lui se retourne, les regarde, et leur pose une question : « Que cherchez-vous ? ». Ce sont les premiers mots de Jésus dans l’évangile de Jean ! Ce seront aussi les premiers mots de Jésus ressuscité à l’aube de Pâques : « Que cherches-tu ? » demande-t-il à Marie Madeleine. Je m’arrête sur ce moment pour recevoir le regard de Jésus sur moi et sa question. Son regard est-il accueillant ? Soupçonneux ? Traduit-il une attente de Sa part ? Sa question est-elle inquisitrice, comme s’il doutait de ma sincérité ou de la profondeur de ma recherche ? Ou bien est-elle comme une invitation bienveillante à rejoindre la profondeur de ce désir qui m’a mis en route vers Lui ? « Que cherches-tu ? »… j’essaie de répondre à Jésus dans la vérité et de raviver en moi la soif de Le connaître, d’entrer en relation avec Lui. Quoiqu’il en soit de ma propre motivation, une chose est sûre : Jésus, lui, désire cette rencontre, mais il ne s’impose pas, et surtout il me prend comme je suis, avec tout ce qu’il peut y avoir de superficiel ou d’inconstant dans ma recherche spirituelle.
Les disciples répondent par une question : « Où demeures-tu ? ». Il s’agit sans doute à un certain niveau d’une banale demande d’adresse. Mais le lecteur reconnait là un verbe-clef que Jean emploie à maintes reprises dans son évangile et dans sa 1ère Lettre : demeurer. « Demeurez en moi, comme je demeure en vous… demeurez dans ma parole… demeurez dans mon amour…etc. » Il y a donc quelque chose de bien plus profond qui se dit ici, et même à deux reprises, puisque Jean insiste en répétant le verbe aussitôt après : « demeurèrent avec lui ce jour-là ». Dans la prière je peux reprendre cette question. Où Jésus demeure-t-il, où m’attend-il, où puis-je le rencontrer, pas seulement dans la prière ou à l’église, mais dans mes activités et rencontres quotidiennes ? Dans quelles personnes, dans quel travail, dans quelle épreuve peut-être ?
Cette question peut éveiller mon cœur à la rencontre, une rencontre qui se passera au niveau du cœur profond. Elle ravivera aussi le désir d’un « demeurer avec-en Jésus » qui est le but ultime de mon existence, mais qui peut se vivre dès aujourd’hui, à n’importe quelle heure de ma vie, la « dixième » ou une autre.

S. Bénédicte Rollin.
Vilnius.

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre