Vous êtes ici:

2e dimanche de l’Avent - Sr Bénédicte

Année liturgique 2013-2014 [A]

Ce dimanche pourquoi ne pas prendre le temps de contempler la vision que nous propose Isaïe dans la 1ère lecture ? Cette célèbre prophétie appartient au "livret de l’Emmanuel" et fait partie des textes lus pendant les liturgies de Noël. Texte poétique, d’une grande puissance suggestive, qui peut parler à notre imagination, à nos sens intérieurs et à notre intelligence.

Dans un premier temps le regard se porte sur Celui qui est désigné comme le "rameau sortant de la souche de Jessé", en d’autres termes, le Fils de David, le Messie. Sa principale caractéristique : sur lui repose l’Esprit avec ses dons. Isaïe en détaille six : sagesse, discernement, conseil et force, connaissance et crainte. La LXX et à sa suite la Vulgate complètent la liste avec un 7ème, la piété. On peut s’arrêter ici et porter un long regard sur le Christ, le Fils Bien Aimé sur qui repose l’Esprit, comme il le lit lui-même dans un autre passage d’Isaïe "L’Esprit de Dieu repose sur moi, car il m’a envoyé proclamer la Bonne Nouvelle aux pauvres". La beauté de Jésus rayonnant de l’Esprit… Comment s’expriment en Lui ces différents dons de l’Esprit ? Beauté qui devient la nôtre au baptême. Comment dans ma vie agissent ces dons quels fruits produisent-ils ?

Des passages d’Evangile peuvent revenir à la mémoire. Les versets suivants du texte nous décrivent aussi quelques attitudes et choix du Messie, comment il accomplit son service royal avec compassion, justice et vérité.

La deuxième partie du texte nous transporte soudain dans le monde animal. Le loup et l’agneau, le léopard et le chevreau, la vache et l’ourse, le veau et le lionceau, plus loin la vipère et le cobra…et, parmi eux, l’humain, représenté par ce qu’il a de plus faible, le petit enfant et le nourrisson. Vision de paix, d’harmonie, où toute peur et toute agressivité ont disparu. Utopie bucolique ? Ce n’est pas le genre de la Bible. Laissons-nous porter par la beauté et l’éloquence des images. Ces animaux, ces enfants, qui sont-ils dans notre société, qui sont-ils dans notre monde intérieur ?... Jésus et son Evangile sont-ils réellement créateurs de réconciliation et d’unité en nous-mêmes et autour de nous ? L’histoire de Nelson Mandela nous dit que l’utopie biblique peut réellement prendre chair, même dans le monde politique, et que la soif de réconciliation et d’harmonie que nous portons au fond de notre cœur ne doit pas être étouffée par un "réalisme" sceptique et finalement paresseux.

Dans dernière phrase du texte la connaissance de Dieu est liée par une relation de cause à effet avec la disparition de ce qui est mauvais et corrompu. "Connaître" dans le langage biblique est beaucoup plus que "savoir". La "connaissance" de Dieu est donnée par l’Esprit de connaissance, de sagesse et de crainte. Elle est connaissance d’expérience et de proximité. C’est pourquoi elle est transformante et purifiante. La symbolique de la mer introduite ici peut aussi porter notre contemplation : nous laisser envahir, pénétrer, renouveler jusque dans nos profondeurs par les grandes eaux de "la connaissance de Jésus Christ, mon Seigneur" comme dit St Paul. Et désirer ce même envahissement pour notre monde.

Sr Bénédicte Rollin, ra
Vilnius, Europe du Nord


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre