Vous êtes ici:

25ème dimanche C - Sr Benedicte

Année liturgique 2018-2019 [C]
Soyez malins ! Lc 16,1-13 
Malins comme ce gérant qui réussit à sortir du mauvais pas où l’a mis son incompétence ou son manque de sérieux professionnel. Lui s’en sort en se faisant des amis qui sont en fait d’abord des complices tenus au silence par peur de chantage. Ce n’est pas très honnête…
Et nous ? Tous tant que nous sommes, quel que soit notre l’épaisseur ou la maigreur de notre compte bancaire, sommes mis au défi constant de gérer habilement nos biens, ou plutôt les biens qui nous sont confiés. Que ce soit des biens financiers, des biens culturels (éducation, compétences), nos relations, ou simplement le temps que nous avons à notre disposition. 
Si nous y regardons sérieusement nous pouvons éprouver crainte et tremblement… D’une part, nous sommes mis en face de sérieuses responsabilités, car nous avons les moyens d’aider des gens qui sans nous peut être ne s’en sortiront pas. Mais il faut bien assurer notre propre vie. Et comment les choisir, ces « pauvres à aider » ? On ne peut pas sauver le monde entier de la faim ni des maladies. Il est alors tentant de fermer les yeux pour ne pas se casser la tête, ou de rejeter la responsabilité sur le gouvernement, les ONG etc. D’autre part, si nous lisons l’évangile, il y a des paroles de Jésus qui peuvent nous mettre mal à l’aise, ne serait-ce que : « malheureux, vous les riches ! », ou bien « il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des cieux ». On se sent coupables d’avance et on essaie de se rassurer en se comparant avec les « vrais riches », les milliardaires Américains, Russes ou Saoudiens… Bref, nous sommes dans l’embarras, comme le gérant de la parabole.
Que nous dit cette parabole quelque peu énigmatique et provocante ? L’intéressant dans cette histoire est le passage de l’argent aux amitiés, du matériel au relationnel.
Ne serait-ce pas la clef que nous offre Jésus ? Etre habile, selon lui, c’est investir au bon endroit. Quels que soient les biens que tu possèdes, ils sont au service de l’humain, de la vie, du relationnel, de l’amour, et pas l’inverse. Dans le cas inverse les biens deviennent dieu, un maître qui t’asservit. Par contre si c’est Dieu que tu sers, si tu laisses l’Esprit libérer ton cœur de l’idolâtrie, tu es libre, et tout, absolument tout devient, à son école, un chemin d’amour, un chemin vers les autres, un chemin de service. Tu entres dans ce grand réseau d’amitié qui s’appelle le Royaume.
 


Sr. Benedicte Rollin


Lituania


Imagen : https://islasdemisericordia.wordpress.com/2016/02/08/astutos-y-sencillos-mateo-10-16/

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre