23 Fais germer le Sauveur

Le salut par Jésus


Jésus Sauveur vient rejoindre l’homme dans la nuit, Agneau que Dieu a envoyé partager notre détresse. Tel est donc le secret de notre joie : contempler, trouver, découvrir Jésus Sauveur qui va naître dans la nuit de notre monde. Voir cet invisible par la lucidité de notre foi - la foi qui n’a pas besoin des yeux de notre chair pour voir Dieu. Et nous savons que les signes auxquels nous le reconnaîtrons sont très petits, disproportionnés, déconcertants "un nouveau-né, enveloppé de langes, couché dans une crèche." Il faut être bien pauvre pour trouver Jésus Sauveur et le voir naître aujourd’hui dans la nuit.


Je me demande parfois si nous ne vivons pas dans un monde athée, sans Dieu, tant nous sommes aveugles pour le reconnaître et peu avec lui tous les jours. Nous sommes accoutumés à mesurer tout en termes d’efficacité, de relations de force, de prestige social et nos yeux de myopes ne perçoivent plus le nouveau-né enveloppé de langes. C’est pourtant la rencontre de ce petit enfant (symbole de fragilité) avec la terre, de nuit... qui est source de joie, ne l’oublions pas.


L’Avent nous livre avant tout le message d’une Espérance puisée non pas dans les contingences de l’Histoire, mais dans les profondeurs de notre foi. Parce que Dieu a fait sienne la cause de l’humanité, notre regard peut déboucher sur un lendemain ; nous pouvons nous remettre en chemin, alors même que les forces semblent s’éteindre, et discerner la présence du Salut, même si nous sommes au cœur de la nuit. Aucune situation n’est sans issue, aucune porte n’est close à jamais. Nous voilà Impliqués dans la lutte spirituelle où Dieu demeure présent. La lutte pour l’éducation du jeune enfant, pour la paix au Proche Orient, ou pour le règne de la justice universelle, ne sont étrangères ni à l’action, ni aux desseins de Dieu.


L’Avent nous enseigne que Dieu a voulu intervenir dans l’histoire humaine, de l’intérieur, y participer, nous associant à son travail et nous faisant dépasser les limites et les échecs que notre histoire personnelle ou communautaire, nationale ou internationale enregistre.


"Terre, ouvre-toi et fais germer le Sauveur !" De la terre jaillit le Sauveur. Sommes-nous des chercheurs de sources à ras de terre. Portons-nous nos regards vers le Jour et vers l’Heure ? Guettons-nous l’invisible comme le veilleur attend l’aurore ?


C’est cela dont le monde a le plus besoin : prendre la terre à pleines mains et y trouver Jésus Sauveur, contempler, adorer.


Comment a-t-on pu dire que les chrétiens sont des hommes du passé alors que Jésus veut en faire des guetteurs, des hommes de l’affût, dont la vie est une découverte perpétuelle de Jésus, présent ici ?


C’est ainsi que se lèvera cette confusion entre ceux qui veulent quitter les autres pour le Christ, espérant être ainsi totalement à Dieu et ceux qui veulent quitter le Christ pour les autres afin d’être tout entiers dans un engagement pour l’homme. L’ambiguïté est là qui nous disloque et empêche toute unité intérieure. Dieu fait homme nous dit : jamais le Christ sans les hommes, jamais les hommes sans le Christ. Dieu nous offre aujourd’hui la possibilité de contempler dans un unique regard, Dieu et l’homme...


Ne croyez-vous pas que la révolution dont le monde a besoin se fera en multipliant les mystiques, ces êtres faits de terre mais voyants de l’invisible, capables de réconcilier en un seul regard d’amour Dieu et les hommes, le bien et le mal, le froid de la nuit et la chaleur de l’été, la joie et la souffrance, sans plus aucun sectarisme, renversant les pierres de nos lapidations mutuelles, fixant Jésus, ce petit enfant, dont le corps est grand, grand comme le monde ?


Hélène-Marie 1973

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre