22e dimanche du temps ordinaire

Temps ordinaire (3)

- Le mot d’explication :

La question de confiance, posée par Jésus à ses disciples à Césarée, marque un tournant dans la révélation qu’Il fait de sa mission. Pierre a professé que Jésus est le Fils du Dieu vivant et il a reçu la promesse d’être le roc sur lequel Jésus bâtira son Eglise.
Pierre, dans sa foi imparfaite, représente la figure des disciples appelés à se positionner dans le débat entre foi et incrédulité. Ils sont en chemin avec Jésus vers Jérusalem et Celui-ci annonce de manière répétée sa Passion. Si Pierre a été exalté à cause de sa confession de foi, il est aussi réprimandé parce qu’il refuse l’idée de la souffrance de Jésus dans l’annonce de sa Passion. Pierre est pour Jésus un obstacle, un tentateur, un satan. Jésus lui demande de reprendre sa place de disciple.

- Méditation :

Pierre a confessé que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu (16, 16), mais aussitôt après il se révolte à l’idée d’un passage par l’humiliation et par la croix. Il ne peut accepter l’idée de la souffrance de Jésus dans l’annonce de sa Passion (16, 22).
En méditant ce passage de l’Evangile, en reconnaissant peut-être dans la réaction de Pierre une part de nous-mêmes, nous sommes invités à nous interroger sur notre propre rapport au pouvoir. Le pouvoir de Dieu n’est pas le pouvoir des puissants de ce monde, ni sa manière d’agir celle que nous voudrions qu’elle soit parfois. Au pouvoir de ce monde, retentissant, accompagné des fastes de la gloire, Dieu oppose le pouvoir sans défense de l’amour qui, sur la croix, succombe. Dans la figure de Jésus, nous sommes également invités à reconnaître la possibilité de faire justice à la manière de Dieu, sans répondre à la violence subie, dans une logique du don et du pardon.
Pierre doit accepter de changer son regard sur le Messie : Jésus n’imposera pas le Règne de Dieu par la force ; Il se montrera vulnérable jusqu’à mourir sur la croix, refusant de répondre à la violence par la violence. Mais cette violence subie, Il en fait le lieu du don de soi, dans une confiance totale au Père. Les disciples sont invités à changer leur regard sur le Messie, comme ils sont invités aussi à adopter les manières d’être et d’agir de Dieu. A leur suite, nous ne nous poserons plus la question : "à quoi cela me sert-il ?", mais bien plutôt la question : "avec quoi est-ce que je sers la présence de Dieu dans le monde ?" Nous apprendrons à nous perdre nous-mêmes et ainsi à nous trouver nous-mêmes. Jésus nous révèle que l’amour seul sauve ; c’est à l’amour que nous sommes appelés, courageusement et humblement.

© Sr Sophie Ramond, r.a.

>> Cliquer pour l’introduction à l’Evangile de Matthieu

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre