Vous êtes ici:

2 : Ouverture de la célébration

Dimanche 9 février 1975

- La demande du Cardinal Marty

Après le rite pénitentiel, le cardinal Marty s’approche du Pape pour lui demander de proclamer bienheureuse la Servante de Dieu, Marie Eugénie :
« Très Saint Père,
L’Ordinaire, ainsi que le clergé et les fidèles de l’archidiocèse de Paris, demandent très humble­ment à Votre Sainteté de daigner inscrire au nom­bre des Bienheureux la Vénérable Servante de Dieu., Marie Eugénie de Jésus, Milleret de Brou, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de l’Assomption.
La Vénérable Servante de Dieu, Marie Eugénie de Jésus Milleret naquit à Metz en 1817, d’une famille ancienne et fortunée mais dont la foi était faible. A 19 ans, elle alla écouter Lacordaire qui prêchait à Notre-Dame de Paris : et c’est là qu’elle retrouva la lumière de la foi. Elle rencontra l’abbé Combalot qui rêvait de rénover la société par une solide formation chrétienne des futures mères de famille, et la poussa à fonder une œuvre qui aurait ce but.
Marie Eugénie eut ensuite comme directeur de conscience l’abbé d’AIzon avec qui elle entretint une amitié fraternelle qui dura plus de 40 ans.
Elle voulut que ses sœurs allient la vie contem­plative à l’œuvre de l’éducation. Ayant eu l’intuition qu’il n’est pas possible que la régénération terrestre de l’humanité ne sorte de la parole de Jésus-Christ, elle envoya plusieurs sœurs en Afrique et en Asie pour aider les missionnaires.
A travers de multiples vicissitudes, elle fut tou­jours femme de foi et femme d’action. Elle rendit son âme à Dieu à Paris le 10 mars 1898.
L’Archidiocèse de Paris, toute la France, et en premier lieu les Sœurs de l’Assomption, vous rendent de ferventes actions de grâce, Très Saint-Père, pour le titre de Bienheureuse que vous daignez conférer aujourd’hui à la Servante de Dieu, Marie Eugénie de Jésus, mère de si nombreuses religieuses ».

- La réponse de Paul VI
Paul VI prononce alors la Formule de Béatifica­tion
 :
« Pour répondre au vœu de notre frère, le Car­dinal François Marty, Archevêque de Paris, de plu­sieurs autres Evêques, nos frères, ainsi que de nombreux fidèles, après avoir consulté la Sacrée Congrégation pour les Causes des Saints, Nous déclarons, de notre autorité apostolique, que la Vénérable Servante de Dieu Marie-Eugénie Milleret de Brou peut être désormais appelée Bienheureuse et qu’on pourra célébrer sa fête, dans les lieux et selon les règles fixées par le Droit, le dix mars de chaque année, jour anniversaire de sa naissance au ciel. »

- La bienheureuse Marie-Eugénie
A ce moment-là, le rideau est tiré et Marie Eugénie apparaît dans la Gloire du Bernin ! C’est alors un tonnerre d’applaudissements dans tout Saint-Pierre, tandis que les tambours rwandais, pla­cés tout près du Pape, résonnent de toute leur extraordinaire puissance ! Moment inoubliable... La nouvelle Bienheureuse est là, devant nous, simple, noble, toute recueillie en son Dieu. L’immense photo de cinq mètres, en noir et blanc, est splendide : c’est grandiose et dépouillé.
Tout est sobre, comme nous l’avions souhaité :
couleurs et décors. De simples fleurs blanches disposées autour de l’autel, et c’est tout. Aucun bouquet superflu près de l’effigie de la Fondatrice. Rien qui vienne distraire le regard : seulement la longue silhouette méditative, seulement le noir et le blanc qui forment un harmonieux ensemble avec le jaune et l’or de la Gloire du Bernin.
Les applaudissements se poursuivent, longue­ment...
L’enthousiasme est grand, l’émotion aussi. L’Assomption de la terre ne fait qu’un avec celle du ciel : avec Marie Eugénie, avec tant de sœurs aimées qui nous ont précédées.

- Paul VI entonne le Gloria, repris par la Schola qui alterne avec l’assemblée. Puis le Pape dit l’oraison de la nouvelle Bienheureuse :.
« Seigneur Dieu, en faisant pénétrer le mystère de ton Fils à la Bienheureuse Marie Eugénie, tu l’as amenée à se donner toute à toi et à se vouer à l’éducation des jeunes.
Accorde-nous, par sa prière et à son exemple, de te servir avec ferveur et d’avoir pour nos frères une charité qui les gagne au Christ..
Lui qui vit avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.
Amen. »

>> Cliquer pour lire la suite

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre