Vous êtes ici:

16 Entrer dans le désir de Dieu

A cause du désir de Dieu


Le salut n’est pas une petite sécurité ou une protection contre la vie, une sorte d’assurance-vie, le salut est un appel, un chemin vers une plénitude de vie toujours grandissante. Comme pour les bergers, com-me pour les mages, comme pour Marie et Joseph, comme plus tard pour Marie-Madeleine et les apôtres, la Bonne Nouvelle du Salut nous projette sur les routes, sur une longue route vers Dieu, vers les autres. Une route toujours à reprendre, peut-être dans les difficultés, les souffrances, mais qui mène toujours à l’épanouissement total de notre vie. De l’expérience du salut, de la joie d’être sauvé, découle directement le désir que tous soient sauvés, et c’est cela le désir de Dieu.


Dieu nous a révélé son dessein, nous le voyons dans les grands cantiques des Epîtres aux Ephésiens et aux Colossiens, "Il nous a fait connaître le mystère de Sa volonté ce dessein bien bienveillant qu’Il avait formé en Lui par avance pour réaliser quand les temps seraient accomplis" (Eph 1 1,9-10)


Ce mystère : "que les païens sont admis au même héritage, membres du même Corps, bénéficiaires de la même promesse, dans le Christ Jésus, par le moyen de l’Evangile." (Eph 3,6)


Il nous a révélé son Cœur. Venu partager notre vie, être avec nous, Il nous admet dans son amitié, à sa plus grande intimité. Si nous prétendons aimer Dieu, comment ne pas aimer ce qu’Il aime ? Comment ne pas aimer sa volonté, son désir : le Salut de tous les hommes - sans exception, abso-lument tous ? Comment communier au Christ, communier au Père en Christ, sans communier à cet immense désir éternel, sans se laisser brûler par l’ardeur de l’accomplissement de notre baptême ? C’est ça le Règne pour nous. La grande cause de Dieu en ce monde est le salut de l’humanité. Christ est là, il veut que "tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité."


Les hommes sont l’objet de la bienveillance de Dieu, tous les hommes, toute l’humanité. Accueillons le Sauveur, accueillons l’Amour pour tous. C’est un appel pour nous, si nous sommes chrétiens, à devenir sœurs et frères de tous et à comprendre le sens plénier de notre vocation chrétienne. l’Eglise, le petit troupeau, le grain de levain continue l’œuvre de Salut universel. Dans l’Eglise, nous épousons la mission du Christ. Il ne s’agit pas de notre seul salut personnel mais d’entrer avec Christ dans son œuvre de Rédemption. C’est ce que nous faisons à toutes les Eucharisties.


Au fond, c’est une question de plus de foi. Foi dans la volonté de Dieu, dans son désir de l’accomplir.


Clare Teresa 1986

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre