Vous êtes ici:

15e dimanche du temps ordinaire - Sr Sophie Ramond

Année liturgique 2017-2018 [B]

Le bref passage du livre d’Amos proposé en première lecture raconte les démêlés du prophète avec le prêtre Amazias au sanctuaire de Béthel, dans le Royaume du Nord. Pour le prêtre, le prophète n’est visiblement pas à sa place et il le renvoie en Juda. La réponse d’Amos établit d’abord qu’il est devenu prophète à partir du moment où le Seigneur l’a envoyé à Israël. Amos ne prophétise ni par goût personnel, ni par nécessité matérielle, mais pour obéir à la parole divine. Il y a plus encore, cependant, à entendre dans ce que Dieu lui dit : le premier mot qu’il lui adresse est un impératif, "va", qui exige d’emblée un mouvement de sortie de soi, une décision de quitter, de partir. Cette exigence n’est pas sans but puisqu’il s’agit d’aller, de quitter pour devenir prophète, homme de la parole et de discernement. Enfin, le bénéficiaire est nommé par Dieu "mon peuple Israël", le possessif signalant d’entrée de jeu que le prophète n’est pas propriétaire, maître de ceux auprès de qui il est envoyé. Ce peuple est le peuple de Dieu, à qui le prophète aura à rendre compte du soin qu’il en a pris.

On retrouve, en réalité, dans l’Évangile, la même dynamique : Jésus envoie les douze en mission. Il leur donne même autorité sur les esprits impurs, c’est-à-dire sur ce qu’il faut combattre au bénéfice du peuple. Et de fait, les douze vont expulser beaucoup de démons, faire des onctions d’huile à de nombreux malades, apportaient les guérisons. Pourtant, ils ne doivent pas imposer leur présence, ni s’obstiner lorsqu’ils ne sont pas bien accueillis. C’est que le fruit de leurs efforts missionnaires et de leur ouverture au monde ne leur appartient pas. Partir, proclamer, libérer les gens de tout ce qui les déshumanise et les fait souffrir, voilà ce que Dieu leur demande. Le Royaume de Dieu est là : dans une vie de frères et sœurs, animée par la compassion que Dieu éprouve pour tous ; un monde où l’on recherche la justice et la dignité pour tous les êtres humains, à commencer par les derniers ; où l’on promeut la guérison de la vie en libérant les personnes et la société entière de tout esclavage déshumanisant ; où la religion est au service des personnes, surtout de celles qui souffrent davantage…

Voilà un appel auquel aucun disciple du Christ, aucun chrétien ne peut se dérober, pas plus aujourd’hui qu’hier. Le psaume 84 est là pour nous le rappeler et pour nous donner les mots d’en demander la grâce : "j’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit c’est la paix pour son peuple…". Le psaume énonce les valeurs que Dieu aime et qu’il nous demande de vivre pour qu’elles existent : amour et vérité ; justice et paix ; vérité et justice. L’amour mais non sans la vérité, car s’il peut sembler plaisant sans elle, il n’est alors en réalité que trompeur. "Sans vérité l’amour ne peut pas offrir de lien solide, il ne réussit pas à porter le “moi” au-delà de son isolement, ni à le libérer de l’instant éphémère pour édifier la vie et porter du fruit" (Lumen Fidei 27). La justice mais non sans paix, car il convient de rendre la justice avec bonté : elle ne sera satisfaite que si la douceur dont elle fait preuve guérit l’injuste de sa violence et l’arrache à son pacte avec la mort. La vérité mais non sans justice, car sans cette dernière elle n’est plus libérante. Chercher la justice pour ceux auprès de qui Dieu nous place et désirer vivre de celui qui s’est proclamé la Vérité dans une même tension amoureuse, telle est en définitive l’invitation que nous pourrions entendre en ce jour. Ou pour le dire avec les mots de S. Weil : "parce que le malheur et la vérité ont besoin pour être entendus de la même attention, l’esprit de justice et l’esprit de vérité n’est pas autre chose qu’une certaine espèce d’attention qui est du pur amour" (Écrits de Londres). Ayons donc cette attention au monde et à Dieu, qui est pur amour.

Sr Sophie Ramond, ra
Depuis le Vietnam

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre