10 Contempler la joie

Dans la joie


Contemplons la joie du Verbe incarné, la joie du Fils et de son Père.., l’humanité de Dieu est apparue et nous savons qu’il y a rapport entre son cœur et le nôtre.


Contemplons la joie de Marie. jamais femme n’a été plus "accomplie"’ par l’Amour. Comme fille, épouse, Vierge et Mère, elle communie à Dieu. Dans ses bras, repose la Promesse de Dieu, Jésus le Sauveur de son Peuple. Qu’elle nous introduise dans sa joie indicible. Entrons dans la joie de Saint Joseph. Il est le modèle, et le patron de tout contemplatif.


Laissons défiler devant nous les bergers, les mages, et tous les inconnus, les sans-noms qui peuplent l’histoire, les curieux les sages, les incrédules qui peut-être sont venus le voir. N’oublions pas de regarder les circonstances concrètes de leurs vies, un voyage forcé par édit royal, la mise en route dans le neuvième mois, mais pas de logement convenable, pas de place, le rejet. Une nuit, parmi des milliers d’autres nuits, à veiller sur les troupeaux une nuit de travail. Une marche à travers le désert, à la suite d’une étoile souvent invisible. Mettez-vous à la place de chacun et goûtez la joie de ce Noël.


PAUVRES, tous avaient une grande idée de Dieu, une petite idée d’eux-mêmes et un courage invincible qui les ouvraient à la joie ! Dieu a pu les combler.


ENFIN osons VOULOIR LA JOIE, décidons-nous à l’accueillir, là où elle est, dans le moment présent. Laissons à ses pieds nos refus, nos amertumes, nos obstinations, nos objections et nos impossibilités. On peut s’y attacher avec une telle force ! Prions afin de connaître " la joie de notre salut "


Il est dit dans les fioretti de Saint François, que la joie, c’était un travail pour lui. Il essayait de garder son cœur dans la joie, évitait avec grand soin la tristesse et, quand il sentait sa joie s’affaiblir, il courait prier.


Ne vous laissons pas priver de la joie de Celui qui nous a donné sa Vie, nous "enrichissant de sa pauvreté et qui a donné sa vie pour nous afin que nous ayons sa joie en plénitude". (Jn 17,13).


Soyons aussi une joie pour Dieu. C’est tout simple. Il s’agit d’être contents de Lui. Quand on fait un cadeau, on veut que celui qui le reçoit en soit heureux. Dieu SE donne, soyons-en heureux, reconnaissants.


Clare Teresa 1983

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre