Vous êtes ici:

 ::09 :: Football et sainteté, même exigence

VARIATIONS

Football et sainteté, même exigence

Le football se joue sur le terrain ou se regarde à la télévision. Mais, après le match, ceux qui réveillent la ville à coups de klaxon ou envahissent les Champs-Elysées en scandant "on a gagné !", ce sont ceux de la télévision et pas ceux qui ont emporté la victoire après beaucoup d’entraînements obscurs et d’efforts.

De même, il y a ceux qui rêvent de sainteté, qui se disent "si je n’avais pas cette famille, ce travail, cet entourage...je prierais si bien, je serais si généreux..." et ils se sentent tout dilatés à la seule idée des mérites qu’ils gagneraient. Ceux-là peuvent aller acheter auréole et palme chez le fripier : leur sainteté n’est que déguisement.

Plus intrépides sont ceux qui envisagent la route de la sainteté comme un parcours du combattant et qui programment leurs mortifications et leurs efforts comme un entraînement aux Jeux Olympiques : "encore un peu de privations et de discipline, et à moi la médaille !" Jésus Christ lui-même n’a-t-il pas été critiqué par les tenants de la religion pure et dure "il mange et il boit", ce n’est pas sérieux pour un candidat-messie !

Alors que faire pour répondre au challenge : "Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" ? Eh bien tout simplement prendre la vie concrète à bras le corps, avec ses fatigues, ses difficultés, ses échecs et ses joies, et en faire au Seigneur l’offrande réaliste et humble, pour qu’il la transforme en son Pain de Vie pour nourrir son Peuple.

Que ne sommes-nous conscients, éveillés dans notre foi, pour dire devant un travail, non pas "encore une corvée !" mais "voici un service à rendre avec Marie, humble servante du Seigneur", devant une personne bête ou méchante, ou les deux : "voici l’occasion d’imiter Jésus lavant les pieds de Judas".

Il faut aussi adhérer, pas seulement par l’intelligence, mais de tout son être à cette vérité de foi que Dieu nous aime, veut notre vrai bonheur et nous communique sa vie pour peu que nous nous laissions aimer et façonner à l’image du Christ.

Ainsi, minute par minute, se tisse la tunique de sainteté, que personne ne voit, peut-être, et surtout pas nous, mais qui fait la joie de Dieu.

D’après un chapitre de Mère Marie-Eugénie de Jésus
Fondatrice des Religieuses de l’Assomption

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre