Vous êtes ici:

Soyons fervents !

CONSECRATION
JPEG - 9.6 ko


Que serait la vie religieuse sans ferveur ? La vie religieuse est un état dans lequel nous sommes entrés volontairement, et qui nous met en dehors des conditions ordinaires de la vie, pour embrasser plus librement la pratique des conseils évangéliques. En entrant en religion, nous avons promis à Dieu un amour plus généreux, plus constant, plus fidèle. L’émission des voeux, considérée comme l’acte d’amour parfait, est comme un second baptême.


La vie religieuse cependant ne met pas à l’abri de la tiédeur. Il faut se mettre en garde contre ce mal. Etre tiède, c’est se laisser aller. C’est ne pas mettre assez de générosité dans le travail que l’on a à faire. La ferveur est tout le contraire, cela se voit dans les pensées et dans les actes.


Dans les pensées d’abord. - La ferveur n’est pas autre chose qu’un grand amour de Dieu : Dieu préféré à tout et à soi-même. L’âme cherche à rendre à Dieu un témoignage constant de son amour. Elle fuit avec horreur tout ce qui peut offenser Dieu, elle combat tout ce qui pourrait lui déplaire. L’amour ne veut rien qui déplaise ! Quand on aime ainsi Dieu par dessus tout, il n’y a plus ni peines, ni préoccupations qui puissent nous détourner de lui.


C’est aussi : recevoir tout de la main de Dieu, laisser là les causes secondes pour voir Dieu qui conduit tout, et s’abandonner pleinement à sa conduite. On ne peut pas toujours le faire spontanément. Mais quand une impression pénible dure un peu, il faut tâcher à l’oraison d’épouser la volonté de Dieu, de se soumettre aux desseins de sa Providence.


Dieu nous prépare des grâces souvent mêlées de croix. C’est par la croix qu’on va au salut éternel. C’est amour, et c’est sagesse, de préférer la conduite de Dieu à toute autre, et de penser que, s’il nous envoie des peines, il les a préparées pour notre bien, avec sagesse.


Si vous aimez Dieu, vous aimez ce qu’il veut, vous avez pour ses volontés cette inclination du coeur qui fait dire en toutes circonstances : "Oui mon Dieu, ce que vous voulez, comme vous le voulez, et quand vous le voulez." Tout recevoir ainsi de la main de Dieu, purifier ses intentions pour avoir en tout celle de lui plaire et de lui obéir : voilà le moyen de tout faire avec ferveur.


Voilà pour les pensées. Pour les actes, c’est bien simple : il faut faire tout ce que la Règle et l’obéissance nous proposent, avec générosité et coûte que coûte. Cela revient à ce que dit le catéchisme : connaître Dieu, l’aimer, le servir. Si on le connaît, on se remet à sa Providence. Si on l’aime, on se confie à lui. Si on veut le servir, c’est par tous les actes de sa vie qu’on le fait, le plus parfaitement possible, le Dieu parfait méritant d’être servi ainsi.


Que votre coeur, votre intelligence, votre esprit soient pleins d’union à la volonté de Dieu, d’adoration de ses droits ! Que l’amour soit le principe de votre conduite, et purifie vos intentions. Et agissez le mieux possible suivant la Règle et l’obéissance, comme fidèle serviteur de Dieu.


Ce n’est pas difficile à comprendre, mais c’est assez difficile à faire ! Aussi, il faut beaucoup se recommander à la sainte Vierge. Elle a toujours adhéré à la volonté de Dieu et aimé Dieu d’un amour surabondant. Toujours elle a fait ce qui a plu à Dieu avec toute l’obéissance, la fidélité et la perfection possible. Demandons-lui de nous faire participer à la même grâce et éviter tiédeur et négligence.


Sainte Marie-Eugénie,
Fondatrice des Religieuses de l’Assomption
D’après une instruction de chapitre du 23 mai 1886.



Illustrations

Greg Rakozy


Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre