Vous êtes ici:

 ::05 :: Apprends-nous à prier : Se recueillir

PRIERE

“Tu es en nous, Seigneur.” Cette pensée doit nous sanctifier et diriger nos efforts sur nous-mêmes et nos rapports avec les autres. Si l’esprit de foi nous pénètre, nous aurons l’esprit de prière. Qu’est-ce que le recueillement ? Se recueillir, c’est rentrer en soi-même pour trouver Dieu qui habite en nous. Qu’est-ce que la prière ? C’est une élévation du cœur vers Dieu, c’est le cri de l’âme vers Dieu, réclamant ce dont elle a besoin. Si Jésus n’habitait pas en nous, nous pourrions encore le prier. Mais bien plus s’il habite en nous ! Quelle force, quel secours, que la prière qu’il fait lui-même au-dedans de nous et avec nous !

Lorsque les apôtres ont dit à notre Seigneur : “Apprends-nous à prier” [1], c’était à la fin d’une nuit qu’il avait passée en oraison. Ils avaient admiré sa prière si simple et si merveilleuse qu’ils disaient : “Seigneur, nous ne savons pas prier ainsi, apprends-nous à prier”. Notre Seigneur prie en nous. Il est en nous, adorateur et intercesseur tout à la fois, remplissant les quatre fins du sacrifice de la messe qui sont les quatre fins de la vie chrétienne. Il nous initie à sa prière, et c’est par la prière que l’union se fait. La prière nous obtient une haute idée de Dieu, un grand amour pour lui, un grand désir de le servir. Elle nous apprend à quitter toutes les bagatelles de la vie présente.

D’où viennent tous ces mouvements d’amour-propre, de curiosité, d’impatience qui agitent notre cœur ? Tout cela est motivé par des répugnances, des susceptibilités, la peine que l’on éprouve à s’effacer. Si nous sentions qu’en nous effaçant nous nous rapprochons de notre Seigneur, que l’entretien de Jésus Christ est avec l’âme humble et simple, si nous étions bien pénétrés de cela, nous rentrerions dans cette demeure intime où celui qui est la béatitude des élus ferait notre bonheur ! Mais il faut renoncer à l’amour-propre, aux imaginations, à la curiosité, aux mouvements qui remuent l’âme et ont sur nous une certaine prise, afin de vivre avec Jésus Christ dans cet intime de l’âme où il demeure.

Si nous considérons chacun comme le temple du Saint Esprit, la demeure de Jésus Christ qui regarde comme fait à lui-même ce qui est fait au plus petit des siens, nous serons par-là même portés à être charitables, et nous aurons un sentiment habituel de respect les uns envers les autres.

Sainte Marie-EUgénie de Jésus
Fondatrice des Religieuses de l’Assomption
D’après une instruction de chapitre du 6 juin 1885


[1Lc 11,1


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre