Vous êtes ici:

Tchad, éducation transformatrice au quotidien…

Afrique

Notre petite communauté a maintenant 10 ans d’existence et nous voudrions vous partager un peu ce que nous vivons dans ce coin du Tchad, en vous emmenant dans nos différentes occupations apostoliques.

Si vous entrez dans la cour de notre collège un lundi matin, vous verrez les élèves, toutes des filles, se ranger autour du mât du drapeau, pour la levée des couleurs et le chant de l’hymne national très beau. Il est chanté avec beaucoup de respect, d’autant plus que ces mois-ci nous nous préparons à fêter le 50e anniversaire de l’indépendance : raison de fierté, mais aussi de peine parce que notre beau pays a connu de nombreuses et cruelles années de guerre.
Après un moment de silence, Sr Marthe, la directrice, dit un petit mot de bienvenue et lance la semaine par quelques recommandations bien concrètes et fondées sur la pensée éducative de Ste M. Eugénie et sur l’Evangile.
Ce mot du matin est donné chaque jour, soit dans chaque classe par le professeur titulaire, soit à toute l’école rassemblée : héritage de M. Eugénie qui nous est précieux !
Dans le groupe des éducateurs qui sont rassemblés ce lundi matin, vous verrez entre autres, M. Marcus le coordinateur de la discipline et des études : bon collaborateur qui avait commencé avec nous le collège en 2001 ; Sr Thérèse-Béata est là aussi : gérante de l’école, accaparée souvent par les mini ou macro problèmes pratiques, disponible pourtant à chacun ; Sr Léonille- Marie, –économe de notre communauté-, se prépare à aller donner un cours de formation chrétienne dans une classe ; Sr Bernadette s’entend avec quelques professeurs pour assister à leurs cours .
Après les six heures de cours de la matinée, c’est la grande pause de 13h à 14h30. Là vous verrez des Mamans chargées de la cantine distribuer le repas aux élèves groupées par équipes sur des nattes ; vous apercevrez aussi Sr Godelive, qui après avoir donné des cours de couture dans la matinée, a veillé à la bonne préparation du repas ; une Maman éducatrice, Mme Thérèse, circule aussi entre les groupes pour s’assurer que tout se passe dans une bonne entente.
Pendant ce temps de repos, il y a des élèves qui aiment aller passer quelques minutes à la chapelle pour s’entretenir avec le Christ, lui confier leurs grosses difficultés, si souvent familiales. Le mardi après-midi, c’est devant le St Sacrement exposé, où nous nous relayons, que les élèves viennent épancher leur cœur quelquefois bien lourd. Et il est arrivé que l’une au l’autre fille ait confié à une Sœur : « Jésus m’a exaucé ». C’est beau !
Après la pause, c’est l’étude, des devoirs ou des cours de suivi. Puis les nettoyages par équipe.
La vie en équipe à l’école est une bonne expérience pour favoriser la collaboration et le sens de la responsabilité, ce qui n’est pas toujours facile.
Il y a une sœur que vous n’aurez pas encore vue, c’est Sr Anne –Marie : sauf le vendredi où elle donne un cours de Formation chrétienne dans une classe dont elle est titulaire, les autres jours, vous la verrez partir tôt, un pagne sur la tête pour se protéger de la poussière et du soleil, se rendre dans les Ecoles Catholiques Associées de la ville pour y aider les enseignants dans leurs cours de Formation chrétienne. C’est un beau service qui nous avait été demandé par le diocèse depuis notre arrivée en 2000 et que nous continuons à assumer.
 
Si vous êtes avec nous le jeudi après-midi, vous assisterez à diverses activités culturelles qui permettent aux jeunes de développer leurs talents : sports, chorale, théâtre, danses traditionnelles, journalisme, etc…
Il y a même un parent qui s’est engagé à entraîner les filles au basket ! Ces différentes réalisations seront présentées lors des fêtes du collège : à Noël, le 10 mars ou lors de la fête de l’Enseignement catholique en mai.
Dans le diocèse, les mercredis après-midi, sont réservés aux réunions des Communautés Ecclésiales de Base. Nous encourageons les élèves à y participer et nous-mêmes, essayons d’être présentes dans trois communautés : c’est un soutien pour elles et, pour nous, un bon contact avec le milieu.
Deux ou trois week-end par trimestre, les jeunes de la pastorale des vocations de la ville se réunissent au collège pour de petites sessions de formation, animées par le comité diocésain des vocations dont fait partie Sr Thérèse Béata.
La pastorale des vocations est un grand souci de l’Eglise du pays. Les vocations, surtout féminines, sont rares. Les familles font pression pour empêcher leur fils ou leur fille de se consacrer à Dieu, pour les garder à leur service. Dernièrement, il y a eu plusieurs défections de jeunes prêtres et cela pose évidemment question ! Attrait de l’argent, célibat difficile à vivre, ethnisme qui divise, manque de dialogue et de fraternité dans le clergé… Et malgré cela, il y a chaque année dans les diocèses plusieurs ordinations, ce qui est encourageant. Mais seuls la prière et un climat plus fraternel et désintéressé pourraient susciter et soutenir les vocations.
Et cela nous engage nous aussi.
Notre première vocation tchadienne, Aline, est maintenant au noviciat au Rwanda : cadeau de Dieu et de sa famille pour lequel nous rendons grâce. Aline avait été enseignante dans notre collège, et sa générosité donne espoir que d’autres seront encouragées à imiter leur grande sœur !
Une autre de nos grandes attentes est de trouver un financement pour la construction d’un lycée technique qui permettrait de prolonger et parfaire la formation du collège. Déjà le Ministère en a accepté l’ouverture. Nous faisons confiance au Seigneur s’Il veut que ce projet se réalise.
A travers tous nos engagements communautaires comme apostoliques, nous sommes conscientes de continuer la mission éducative de Ste Marie-Eugénie : vivre et transmettre les valeurs évangéliques encore si peu comprises dans les milieux même chrétiens. La tâche est immense, car certaines coutumes païennes imprègnent encore les mentalités ou sont remplacées par une modernité tout aussi païenne qui freine l’évangélisation.
 
Nous avons confiance que le groupe des laïcs-Assomption ira en s’approfondissant et nous épaulera de plus en plus dans l’éducation chrétienne. Déjà, ils ont constitué un groupe dont les membres s’entraident au niveau social et familial et, comme éducateurs, ils apprécient beaucoup la pédagogie de M. Eugénie et cherchent à la mettre en action.
Ils se proposent aussi une vie de prière : récollections, moments d’adoration. S’engager dans le chemin de vie sera pour certains, une étape à venir.
Malgré le climat un peu dur et la tâche pas toujours facile, nous sommes heureuses d’œuvrer dans ce pays dont les habitants sont courageux et attachants par leur spontanéité et leur générosité. Même si le pays est classé parmi les plus pauvres du monde, il est doté d’énormes richesses, malheureusement pas encore bien gérées ni exploitées.
Si vous sentez l’appel, n’hésitez pas : vous serez accueilli avec enthousiasme : la moisson est abondante….
Nous confions toutes nos situations à votre prière et nous portons les vôtres qui doivent être quelquefois bien difficiles aussi – nous pensons spécialement à la Côte d’Ivoire en ces moments de si grande incertitude- .
A vous tous, nous souhaitons une heureuse et fructueuse année nouvelle au service de notre Dieu.
 
La communauté d’Atrone - 2011
Province Rwanda-Tchad


Documents


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre