Vous êtes ici:

Sr Marthe, provinciale de Rwanda-Tchad, 1er CGP

CGP 2015


Partager ma première expérience de participation de Conseil Général Plénier(CGP), me donne l’occasion de réaliser que ce mois de travail est rempli de multiples expériences.


C’est un temps qui me donne l’opportunité d’agir, le désir de comprendre. Qohélet (3,1) trouvait que : ¨Pour tout, il y a un moment, il y a un temps pour tout ce qui arrive sous le ciel¨ ! Au CGP, je trouve un temps pour tout : un temps pour la formation et un temps pour transmettre ce qui me traverse. Un temps pour me laisser habiter par la grâce et un temps pour désirer d’être pleine de grâces. Un temps de l’Esprit et un temps de vivre de l’Esprit. Un temps pour la prière et un temps pour reconnaître le Tout Autre, qui chemine avec nous dans les réalités d’en bas "sous le soleil", un temps pour les relectures et un temps pour l’abandon à la Providence.


Ce nouveau visage de mon appartenance au corps congrégation reste un chemin qui ouvre mon cœur et laisse une place la volonté, à l’initiative selon les circonstances et les réalités de ma province. C’est un cheminement vers une foi confiante, pour servir humblement, un cheminement qui me délie de mes peurs et de mes soucis de perfection. Voilà que le moment qui vient est aussi un temps sous le soleil où, au jour le jour, nous discernerons la manière de contribuer à ce qui est juste et vrai, sachant que l’appel est un don de Dieu et que l’œuvre de Dieu est belle et éternelle.


C’est donc un moment qui m’a permis de rendre grâce et de me réjouir devant le bien et le bon qui se fait dans la congrégation et dans les communautés respectives : l’internationalité, la solidarité, les choix pour la vie, la communion, la joie d’appartenir au Christ et de le suivre… Que ces instants de bonheur dont le Créateur est l’origine nous lancent progressivement dans les grands désirs.


Je termine avec sainte Marie-Eugénie :


Nous ne pouvons pas ne pas nous aimer, nous ne pouvons pas ne pas désirer le bonheur que Dieu nous réserve. C’est même de ce désir que vient l’effort que nous faisons pour traverser toutes les peines de cette vie et arriver au bonheur éternel. Dieu a mis ce désir au fond de notre âme. C’est une loi de notre être. Il est donc naturel à l’homme de désirer le bonheur. Seulement, c’est un désordre de placer ce bonheur dans la louange, dans l’admiration, dans le succès, et ce désordre nous empêche d’arriver au vrai bonheur par l’humilité. (12 novembre 1876).


Avançons vers l’autre rive.


Sœur Marthe Marie
Provinciale du Rwanda- Tchad

Dans la même rubrique

Commentaires

CELINE - 30 novembre 2015, 15:28

We praise the Lord for your sharing sister.

Soeur Josiane Emmanuel - 7 novembre 2015, 10:39

Merci Marthe pour ce beau partage plein de foi et d’espérance... Que ton chemin te donne de découvrir de plus en plus Le Seigneur qui nous précède en Galilée !


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre