Office des Lectures

Fête de St Augustin : 28 août


(Eventuellement en Vigiles). Tous les textes entre guillemets sont des citations de Saint Augustin.


La psalmodie du premier nocturne

  • Psaume 20 : "Bien tard, je t’ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle ; voici que tu étais au dedans et au dehors. Et c’est là que je te cherchais. Tu étais en moi et je n’étais pas avec toi."
  • Psaume 91  : "Quand tu es heureux, loue la bonté, chante la fidélité du Seigneur."
    ou : "Seigneur, agis ! Réveille-nous et appelle-nous. Enflamme et ravis. Sois feu et douceur."


Première lecture : 1 Co 1, 17-25, ou 1 Jn 1, 1-4, ou 1 Co 13.


Deuxième lecture : Des confessions de Saint Augustin
Averti de revenir à moi-même, je suis entré au fond de mon cœur, sous ta conduite, Seigneur, et j’ai pu le faire, parce que tu es venu à mon secours. Je suis entré, et avec le regard de mon âme, quel que fût son état, au-dessus de ce même regard de mon âme, quel fût son état, au-dessus de ce même regard, au-dessus de mon intelligence, j’ai vu la lumière immuable. Ce n’était pas cette lumière ordinaire que tout le monde peut voir ; ce n’était pas non plus une lumière de même nature, mais plus puissante, qui aurait brillé de plus en plus et aurait tout rempli par son éclat. Non, cette lumière n’était pas cela, elle était autre chose, tout autre chose. Elle n’était pas au-dessus de mon esprit comme l’huile flotte à la surface de l’eau, ni comme le ciel s’étend au-dessus de la terre. Elle était au-dessus de moi parce qu’elle m’a créé ; j’étais au-dessous d’elle parce que créé par elle. Celui qui connaît la vérité la connaît, et celui qui la connaît, connaît l’éternité. C’est l’amour qui la connaît !
O éternelle vérité, ô véritable charité, ô chère éternité ! Tu es mon Dieu, je soupire après toi jour et nuit. Quand je t’ai connu pour la première fois, tu m’as soulevé vers toi pour me faire voir l’existence de quelque chose que je devrais voir, mais que je ne pourrais pas encore voir moi-même. Tu as ébloui la faiblesse de mon regard par la puissance de ton rayonnement, et je frissonnais d’amour et d’effroi. J’ai découvert que j’étais loin de toi, dans le pays de l’exil et de la dissemblance, et il me semblait que j’entendais ta voix, venant du haut du ciel : "Je suis la nourriture des forts : grandis et tu mangeras. Tu ne me changeras pas en toi, comme la nourriture de ton corps, c’est toi qui sera changé en moi."
Je cherchai le moyen d’acquérir la force qui me rendrait capable de vivre uni à toi, et je ne la trouvais pas. Enfin, j’ai embrassé le Médiateur entre Dieu et les hommes, L’homme Jésus-Christ, lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement. C’est lui qui nous appelle et nous dit : moi, je suis le chemin, la vérité et la vie. Il unit à la chair - puisque le Verbe s’est fait chair - la nourriture que j’étais incapable de prendre, afin que ta sagesse, par laquelle tu as tout créé, se transforme en lait pour s’adapter à notre condition d’enfants.
Je t’ai aimé bien tard, Beauté si ancienne et si nouvelle, je tait aimée bien tard ! Mais voilà : tu étais au-dedans de moi quand j’étais au-dehors, et c’est dehors que je te cherchais ; dans ma laideur, je me précipitais sur la grâce de tes créatures. Tu étais avec moi, et je n’étais pas avec toi. Elles me retenaient loin de toi, ces choses qui n’existeraient pas si elles n’existaient en toi. Tu m’as appelé, tu as crié, tu as vaincu ma surdité : tu as brillé, tu as resplendi, et tu as dissipé mon aveuglement ; tu as répandu ton parfum, je l’ai respiré et je soupire maintenant pour toi ; je t’ai goûtée, et j’ai faim et soif de toi ; tu m’as touché et je me suis enflammé pour obtenir la paix qui est en toi.


Le répons bref (N 20)
Refrain : Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi.
V. 1. Je me tiens à la porte et je frappe : si tu m’ouvres ton cœur, je ferai chez toi ma demeure.
V. 2. Je dors, mais mon cœur veille : j’entends le Seigneur qui m’appelle
V. 3. Je vais te conduire au désert et parler à ton cœur. et tu me répondras comme au jour de ta jeunesse.
V. 4. Quand le Seigneur nous parlait en chemin, nous ouvrant les Ecritures, notre cœur n’était-il pas tout brûlant ?
V. 5. Vous êts tristes car je m’en vais chez mon Père, mais je vous reverrai, et votre joie,nul ne pourra vous la ravir.


La psalmodie du deuxième nocturne

  • Cantique de Moïse - AT 2 : "Dieu notre Père, prête-moi ta lumière et guide mes pas : que je revienne à toi et à moi-même."
  • Cantique de Tobie - AT 6 : "Deux amours différents ont bâti ces deux cités : l’amour de Dieun Jérusalem ; et l’amour du monde, Babylone. Que chacun se demande donc ce qu’il aime, et il verra de quelle cité il est le citoyen."
  • Cantique de la Sagesse - AT 8 : "Rentre en toi-même et laisse agir Dieu dans sa sagesse."
    ou "Avant tout, vivez unanimes à la maison, ayant une seule âme et un seul coeur tournés vers Dieu."
    ou "Nous sommes la maison de Dieu dès lors que nous sommes unis par le ciment de la charité."


La psalmodie du troisième nocturne

  • Cantique de la Sagesse - AT 10
  • Psaume 64
  • Cantique de la Sagesse - AT 11


Pour télécharger la traduction liturgique

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre