Noël 2015 - Sr Martine Tapsoba

Soeur Martine Tapsoba


Chers frères et sœurs en Assomption Ensemble,
Au moment où je commence cette lettre, je ne peux m’empêcher de jeter un regard rétrospectif mais non exhaustif sur l’année écoulée. Elle a été marquée par beaucoup d’événements heureux et douloureux, longuement évoqués dans le Rapport du Conseil Général au CGP d’octobre 2015. La liste est longue : attaques terroristes, accidents, catastrophes naturelles, explosions de kamikazes, guerres qui font rage dans certains pays et en menacent d’autres. Les massacres à répétitions, les tueries touchant les innocents et tous les règlements de compte par la violence dans différents coins de notre monde nous rappellent le massacre des innocents de Bethléem du temps de Jésus. Ces malheurs déferlant sur le monde habitent nos prières et nourrissent bien souvent en nous la peur, ébranlant notre idéal de paix. En même temps, dans les moments difficiles, de beaux gestes de solidarité et des actes de bravoure ont été posés ; des témoignages célébrant la vie malgré tout ont retenti. Nous avons choisi de garder l’espérance et de mener le combat pour la vie et la joie car c’est dans ce monde créé par Dieu que vient prendre chair son Fils bien-aimé.
Il nous est bon de faire mémoire de tous les dons du Seigneur ; car, grâce à son amour, "…nous ne sommes pas anéantis ; ses tendresses ne s’épuisent pas ; elles se renouvellent chaque matin." [1] En vérité, nous avons été gâté(e)s cette année par tant d’événements heureux, de jubilés et d’anniversaires de toutes sortes, par la célébration de l’Année de la Vie Consacrée et les divers documents qui en sont le fruit. Les messages du Pape, lors de ses visites dans les différents pays, ont eu un retentissement universel. La deuxième partie du Synode sur la famille a aussi suscité un grand intérêt dans l’Église et le monde en général.
A la bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la miséricorde, reçue du Pape au mois d’avril, s’est ajoutée son Encyclique, Laudato Si, accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par l’Église universelle, et même au-delà. Puis nous avons eu la merveilleuse et inoubliable expérience du CGP au Guatemala qui est en train d’être retransmise dans les différentes Provinces/Région. Enfin, l’année de la Miséricorde a été inaugurée par l’ouverture de la Porte Sainte, à Rome, le 8 décembre 2015, et le 13 décembre dans les Églises particulières. Tout cela est source de partage pour un renouveau spirituel et pour la croissance dans la foi. Quelle richesse entre nos mains ! Tant de textes que, d’après les échos reçus des unes et des autres, vous avez lus, approfondis personnellement, en communauté, en Province, avec des ami(e)s et collaborateurs dans la mission partagée.
Devant toute cette abondance, je n’aimerais pas en rajouter trop, mais vous inviter tout simplement à poursuivre l’approfondissement de tous les documents cités plus haut, comme un enrichissement et un élargissement de nos textes de Congrégation. Et même si cela fait des mois que je prépare le chapitre de Noël, je voudrais aujourd’hui vous parler de l’abondance de mon cœur, à partir de l’ouverture de la porte de la miséricorde.

La porte est ouverte…


La porte est ouverte, la route est donnée, faisons la traversée vers le cœur miséricordieux de Dieu d’où coule la source inépuisable de la bonté, afin de rejoindre nos frères et sœurs pour leur partager la joie d’être fils et filles bien-aimés de Dieu. Réjouissons-nous comme des enfants insouciants parce que confiants, fous de la joie de se sentir missionnaires du Royaume et audacieux porteurs de son message d’amour pour le monde !
La porte est ouverte, pour que nous retrouvions l’Enfant promis, image parfaite de la gloire du Père et expression définitive de son être de miséricorde ; c’est Lui, le plus beau des enfants des hommes !
La porte est ouverte, pour que nous puissions contempler Marie, la Mère du Roi-Rédempteur venu donner sa vie pour les siens. La porte est ouverte pour que nous admirions Joseph, en adoration devant la majesté divine présente dans la fragilité de l’enfant qui dort et se confie à sa protection !
La porte est ouverte, pour que nous avancions vers le Prince de la paix, avec les bergers, premiers témoins de ce message de paix porté par les anges venus du ciel et destiné à toutes les nations.
La porte est ouverte, pour que nous nous y engagions avec les mages, chercheurs du Roi des Juifs, et pour que nous y entraînions tous les hommes et femmes de bonne volonté qui le désirent sans le savoir !
La porte est ouverte, pour que nous ouvrions à notre tour celle de nos cœurs et de nos maisons à ceux et celles qui ont besoin de se confier, de trouver réconfort et soutien !
La porte est ouverte, afin que, dans un mouvement de conversion semblable à celui de l’enfant prodigue, nous nous retournions pour rentrer à la maison et revenir auprès du Père qui nous attend depuis si longtemps !
La porte est ouverte, pour que nous retrouvions, dans une relation apaisée, les frères et sœurs que nous n’avions pas la force de reconnaître et d’accueillir, d’aimer, de pardonner.
La porte est ouverte, pour que nous empruntions à nouveau les chemins de la Réconciliation fraternelle et sacramentelle qui apaise, guérit et redonne vie.
La porte est ouverte, pour que nous fassions de nos communautés, familles et cercles de vie, de vraies "écoles d’amour" où se vivent la pédagogie de l’encouragement, l’entraînement au regard positif et la reconnaissance des dons de chacun(e), à travers des relations vraies, empreintes de respect, de compassion et de tendresse.
La porte est ouverte, pour que puissent prendre place autour de la crèche, les pauvres, les réfugiés les migrants refoulés aux frontières, les rejetés et tous les oubliés de la terre, laissés aux bords des chemins !
La porte est ouverte, pour que nous osions abreuver nos cœurs altérés, apaiser nos faims refoulées, réveiller nos désirs enfouis, et nous laisser guérir de nos blessures et de nos maladies. 
La porte est ouverte, pour que nous trouvions un lieu d’intimité afin de nous reposer, nous confier, nous refaire et repartir de Celui qui est la Source d’eau vive, la Voie, la Vérité et la Vie. 
La porte est ouverte, pour que nous soyons réveillés et inspirés par l’Esprit qui vivifie et purifie afin de déployer nos énergies et notre créativité pour plus de paix, de justice et de protection de la création.
La porte est ouverte, pour que nous écoutions le chœur des anges et que nous entonnions ensemble le joyeux cantique des cieux nouveaux et de la nouvelle terre : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime !
Ainsi se manifeste Celui dont la « miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent » [2], Celui que chante Marie dans son Magnificat !
Le Pape François nous ouvre lui-même la route et nous invite à marcher :
"…Entrer par cette Porte signifie découvrir la profondeur de la miséricorde du Père qui nous accueille tous et va à la rencontre de chacun personnellement. Ce sera une Année pour grandir dans la conviction de la miséricorde… Franchir la Porte Sainte nous engage à faire nôtre la miséricorde du bon Samaritain." [3]
Puisse le Seigneur nous trouver prêts à lui ouvrir quand il viendra frapper à notre porte, accompagné de Marie, sa Mère, et de saint Joseph.
Joyeuses fêtes de Noël et sainte Année 2016, dans la paix et la joie !


Sœur Martine Tapsoba, ra
Supérieure générale des Religieuses de l’Assomption
Paris, le 20 décembre 2015



Religieuses de l’Assomption
Maison Généralice
17, rue de l’Assomption
75016 Paris - France

 


[1Cf. Lamentations 3,22

[2Luc 1, 50

[3Homélie du Pape François, mardi 8 décembre 2015, en la fête de l’Immaculée Conception jour de lancement du Jubilé de la Miséricorde et de l’ouverture de la Porte Sainte.



Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre