Mot de remerciement

25 ans Soeur Martine Tapsoba
  • Mot de remerciement

Dans certaines circonstances comme celle qui nous rassemble ce matin, parler, c’est prendre le risque de ne pas réussir à dire ce que l’on ressent au plus profond de son cœur, mais je voudrais prendre ce risque.

  • Un constat

Quand je contemple cette belle assemblée que nous constituons, je me rends compte que bien peu de gens parmi vous me connaissaient avant que je ne sois religieuse. Je mesure en même temps la grâce que j’ai d’avoir ces personnes aujourd’hui, et combien plus vous tous vers qui les chemins du Seigneur m’ont conduite durant ces 25 ans de vie religieuse. Je voudrais nommer ces personnes qui m’ont connue et accompagnée depuis plus de 25 ans : mon cousin Modeste Ouédraogo qui représente toute la famille, Sr Adèle Rwandaise) qui m’a accueillie en 6ème à Koudougou au Burkina Faso, Sr Marie Danielle (Française) qui a été mon professeur avant d’être ma Provinciale et de recevoir mes premiers vœux, Blandine Kanyala et Kanko Maylis (Burkinabè) avec qui j’ai étudié à l’Assomption, Sr Diana (Américaine) qui m’a donné des cours au Noviciat et qui a été ma première supérieure à Bobo-Dioulasso, Sr Léa Belemsaga, une aînée, membre de la Congrégation des Sœurs de l’Annonciation de Bobo qui m’a donné le goût de marcher moi aussi à la suite du Christ, Sr Clarisse Sanon, de la même Congrégation que Léa, qui a été une compagne sur le chemin de la Sequela Christi, et Madame Mahé Bernadette née Somda, une amie de longue date. Ainsi donc, quand je commençais mon cheminement avec l’Assomption, je connaissais peu de gens parmi vous, et voilà qu’aujourd’hui, vous êtes là pour rendre grâce avec moi, contribuant ainsi à réaliser de manière admirable, le rêve de fraternité universelle qui m’a attirée à l’Assomption. En effet, dès les premiers instants de ma rencontre avec l’Assomption à Koudougou en 1973, j’ai été émerveillée et attirée par son beau visage aux multiples expressions et couleurs, ce visage international et interculturel.

  • Une lumière

Plus tard, en vivant avec mes sœurs en Assomption, j’ai compris que c’est le cœur qui donne une force d’attraction au visage, que c’est leur forte vie contemplative qui leur donnait l’amour et le zèle pour s’adonner à leur mission d’éducation dont j’ai tant bénéficiée. J’ai compris aussi que le visage de l’Assomption était une expression du visage de l’Eglise. Cela a élargi mon cœur et mon regard, et explique ma joie de me sentir entourée par vous tous. Votre présence est un des plus beaux cadeaux de ma vie, un cadeau précieux. Elle est surtout la preuve que Dieu tient toujours ses promesses. Je n’en ai jamais douté, mais je ne m’imaginais pas que ce serait aussi grand ni déjà maintenant comme il l’a dit : « Amen amen, je vous le dis : personne n’aura quitté à cause de moi, et de l’Evangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants, ou une terre sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terre, avec des persécutions et dans le monde à venir, la vie éternelle. » (Mc 10, 29-30)

  • Une conviction

Quand j’étais plus jeune, j’avais la conviction d’aimer le Christ au point de vouloir lui donner toute ma vie. Dans mon innocence, je croyais lui avoir tout donné. Aujourd’hui, avec le temps, je peux dire encore la même chose, avec quelques nuances et beaucoup plus d’humilité ; mais le plus beau c’est que j’ai davantage pris conscience que c’est Lui qui m’a aimée le premier, qui m’a appelée et qui m’accompagne avec tendresse. Avec Sainte Marie Eugénie notre fondatrice, je reconnais que c’est « Dieu qui conduit tout et jamais main plus amoureuse ni plus sage ne saurait conduire nos destinées. » C’est Lui qui m’a tout donné, et Il m’appelle à partager sa mission pour que tous aient la vie en abondance. C’est cela la cause de mon bonheur. Presque tous les jours, je rends grâce au Seigneur pour mon choix de vie qui est d’abord son choix à Lui : « ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » (Jn 15, 16) disait Jésus à ses disciples. Je lui rends grâce pour l’expérience vécue à l’Assomption durant ce quart de siècle, expérience de la prodigalité, de la gratuité, de la patience, de la miséricorde de Dieu.

  • Ma Joie et ma reconnaissance

Je rends grâce à Dieu pour le don de la vie et de la foi reçus par l’intermédiaire de mes parents. Je suis heureuse et je rends grâce à Dieu pour la belle diversité des vocations dans l’Eglise et particulièrement pour le don de la vie consacrée. Je suis heureuse et surtout reconnaissante pour ma famille religieuse, pour mes sœurs de partout, connues et inconnues que j’aime. Grâce au témoignage et au soutien de chacune d’elles et de vous tous, j’ai fait une expérience, que je suis prête à recommencer, non pas une fois, mais mille fois. Pour toutes ces grâces, j’avais besoin de vous pour pouvoir rendre un vibrant hommage à Dieu en ce jour. J’ai encore beaucoup d’autres raisons d’être heureuse ce matin, mais je ne vais pas vous retenir jusqu’au soir. Cependant, dans mon bonheur, je ne peux pas oublier ceux et celles qui ne le sont pas : les souffrants, les oubliés, les désespérés de notre monde. A eux aussi j’ai pensé pendant cette eucharistie. Hommes et femmes, jeunes et enfants de la grande famille humaine devenus tous mes parents, devenus tous mes frères et sœurs, des concitoyens de ce village global que je retrouve en miniature à l’Assomption.

  • Un merci infini

Je ne saurai terminer ce mot sans un merci explicite à tous les prêtres concélébrants, et d’une façon particulière à notre Curé, le père Duloisy, qui a accepté avec promptitude, et joie, de présider cette célébration. Merci à vous tous qui êtes venus par amitié pour rendre grâce à Dieu avec moi, avec nous, pour la fidélité de Dieu. Merci à Sr Diana et à ma communauté qui ont voulu que soit célébré cet événement important de ma vie. Il est bon de savoir marquer les étapes. Merci à toutes les sœurs de la communauté d’Auteuil et à tant d’autres personnes qui ont travaillé depuis plusieurs semaines pour que cette journée soit vraiment festive. Merci aux communautés de France, à celles d’Europe du Nord ici bien représentées par sœur Josiane et des sœurs de Tournai. Merci aux sœurs des différentes Provinces et tous ceux et celles qui de loin ou de près sont unis à nous par la pensée et la prière. Merci, merci merci !!! Je vous donne rendez-vous dans 25 ans, si Dieu le veut.

Sœur Martine Marie Angèle du Bon Pasteur
Paris, le 30 mai 2009


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre