Vous êtes ici:

Lourdes 2015 - Pèlerinage des petits-enfants avec leurs grands-mères

Prière des grands-parents


Ce sixième pèlerinage "Grands-mères/petits-enfants" nous a permis d’ancrer de bonnes et belles habitudes mais aussi de vivre ensemble de nouvelles et magnifiques expériences.


L’exactitude du train, cette année, nous permet de descendre dès notre arrivée à la Grotte. On s’asperge d’eau de la source, puis, lentement car il y a beaucoup de monde, on avance contre le rocher sur lequel les petites mains s’appuient fermement, image de notre âme qui doit s’appuyer sur le Christ.


En ce dimanche, le père Roger Mimiague a la bonté de venir de la Cité Saint-Pierre, pour célébrer la messe à l’Assomption, servie par quatre de nos garçons.


Lundi, après la messe à la Grotte où nous nous unissons aux pèlerins parisiens de Saint-Germain-des-Prés, le père Régis Marie de La Teyssonnière vient, une fois encore, nous raconter l’aventure magnifique des apparitions de la Vierge à Bernadette.
- Que faut-il faire, demande-t-on à Bernadette, pour être sûr d’aller au ciel ?
- Faire bien le signe de croix, c’est déjà beaucoup, répond la jeune fille.
Pendant ces trois jours, les enfants s’appliqueront au geste ample que leur a montré le père Régis Marie.
Le 25 février, jour de la 9ème apparition, Bernadette va gratter la terre jusqu’à ce qu’apparaisse un filet d’eau boueuse qui peu à peu devient claire : image du passage de notre état de péché à notre état de baptisé.


Emprunter le chemin qui va de l’Assomption au Sanctuaire est toujours une occasion de galopades et de rires. Pour Michel, cette descente est un peu périlleuse : il faut rouler son fauteuil sur les cailloux, se mettre à trois ou quatre pour lui faire gravir les marches qui jalonnent le parcours. Mais quelle joie de le voir sourire, participer au maximum à nos activités ! Il est avec nous dans le petit train qui nous promène dans Lourdes, regardant avec curiosité la ravissante reconstitution miniature de la ville telle que l’a connue Bernadette.
Le soir, c’est sans Michel, trop fatigué, que nous suivons la procession aux flambeaux : il fait doux, la foule est dense, internationale, et les Ave Maria s’entendent dans toutes les langues.


Mardi, nous entreprenons le Chemin de croix dans la montagne. La fatigue se fait sentir et les enfants découvrent qu’un pèlerinage se vit aussi avec les pieds.
Après le dîner, comme pour récompenser notre effort, le Seigneur nous permet de vivre une veillée exceptionnelle. Le père Pascal Boulic, jeune prêtre de la communauté Saint-Martin, qui vient d’être nommé chapelain de Lourdes et responsable de la pastorale des jeunes, arrive à l’Assomption, accompagné du père André Cabes, nouveau recteur du Sanctuaire, et d’un prêtre polonais. Dans la chapelle, où nous sommes entrés en grand silence, le père Boulic expose le Saint-Sacrement puis explique doucement aux enfants que les trois prêtres sont à leur disposition pour leur donner, à eux, mais aussi à leurs grands-mères, le sacrement du pardon.
Aucun souvenir en image, bien sûr, de ce moment de plénitude. Dans le silence, ponctué par des chants très doux sur fond de guitare, les uns après les autres se dirigent spontanément vers les prêtres, puis vont s’agenouiller devant le Saint-Sacrement pour dire leur pénitence.
Pendant plus d’une heure, la paix qui nous habite tous est vraiment la paix de Dieu.


Le mercredi matin, Catherine nous fait méditer les Mystères glorieux au bord du Gave, face à la Grotte. Chacun leur tour, les enfants se lèvent pour dire un Je vous salue Marie. Quand arrive le tour de Michel qui remue joyeusement son chapelet, sa grand-mère lui prête sa voix. Je prends le relais et prête, moi aussi, ma voix à Manon. En ces minutes, nous avons tous la gorge nouée par l’émotion et la ferveur mêlées.


Après le déjeuner, alors que nous sommes à quelques minutes du départ pour la gare, de petites voix se font entendre : "Bonne maman, est-ce qu’on peut aller prier à la chapelle ?"
Forte de ses trente ans de catéchèse, Catherine a le sens des réalités : elle nous conseille de rejoindre nos petits mystiques qui commençaient, avec un enthousiasme un peu bruyant, leurs prières d’action de grâce !


Florence de Baudus
Ancienne de l’Assomption
Octobre 2015

 


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre