Vous êtes ici:

Les sept paroles de Jésus sur la Croix

Temps liturgiques : Carême
JPEG - 9.6 ko

Il n’est pas possible de se mettre au pied de la Croix de notre Seigneur, sans se laisser pénétrer des dernières paroles qu’il a prononcées. Quand on est auprès d’un lit d’agonie, quand on fait cette dernière veille auprès des personnes qui nous sont chères, comme on conserve dans son cœur les dernières paroles prononcées ! Combien plus, quand ce sont les paroles mêmes de notre Seigneur !
Les trois premières disent surtout, l’infinie bonté de notre Seigneur. Le voilà entouré d’outrages, au milieu des souffrances les plus horribles. Il est cloué sur la croix, il va mourir dans l’agonie la plus cruelle, et il est tout occupé des autres, il ne dit que des paroles d’excuse et de consolation. La première de toutes est celle-ci : Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font [1].

Notre Seigneur nous avait déjà enseigné à dire dans le Pater : Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés [2]. Il semble que ce soit là une vertu élémentaire, puisque tout chrétien est obligé de la pratiquer. Eh bien, ce n’est pas une vertu qu’on trouve pleine, entière, complète dans toutes les âmes chrétiennes. On trouve souvent une trace, un souvenir de ce qui a blessé, de ce qui a été pénible. C’est ce que notre Seigneur veut détruire en vous, quand il dit : Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. Il disait cela de ses ennemis les plus cruels, de pécheurs endurcis et qui ne se convertiraient pas. Cette parole s’appliquait à Pilate, à Judas qui peut-être n’avait pas encore terminé sa triste vie, à Hérode, à ceux qui sont évidemment morts dans l’impénitence finale, comme elle s’appliquait à ceux qui étaient au pied de la croix et se sont convertis. Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.

Je désire que, par cette parole, vous appreniez à entrer dans l’intérieur du cœur de notre Seigneur. Il n’est qu’amour, miséricorde, et, vis-à-vis de toutes les injures, de tout le mal qu’on lui fait, ne répond que par des désirs de salut.

La deuxième parole est pour le larron. Notre Seigneur donne là, pour tous les pécheurs pénitents, une consolation suprême.
Tout pécheur pénitent qui souffre avec Jésus-Christ, qui unit ses souffrances à celles de Jésus-Christ, - car il faut souffrir pour réparer et être pardonné - entend cette parole : Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Paradis [3]. C’est celle qu’il adresse à ce grand pécheur qui a recours à lui.

Tout de suite après, il s’est occupé de chacun de nous, de vous, de moi, en s’occupant de la très Sainte Vierge. Femme, lui dit-il, voici ton fils [4] ; puis, s’adressant à nous, à chacun de nous : Fils, voici ta mère.
À ce moment-là, il nous a donné ce qu’il avait de plus précieux, ce qui, en quelque état que nous soyons, doit assurer notre salut. Il nous a donné une mère dans la très Sainte Vierge. Elle, qui avait un si grand sacrifice à faire, nous a acceptés. Notre Seigneur savait bien qu’il donnait à la Sainte Vierge des fils indignes d’elle. En effet, dit saint Bernard, quel changement ! Le serviteur à la place du maître, le fils de Zébédée à la place du Fils de Dieu, la créature à la place de Jésus [5] - et non seulement une créature comme saint Jean, mais une créature comme vous.

Les autres paroles de notre Seigneur s’adressent toutes à Dieu. Notre Seigneur avait parlé aux hommes dans la miséricorde et la bonté. Puis se retournant vers son Père, il lui dit : J’ai soif ! [6] Cette parole est la plus mystérieuse de toutes. Sans doute, notre Seigneur avait extrêmement soif, et la dernière dérision de ses ennemis fut de lui offrir le fiel et le vinaigre, mais aussi il avait soif des âmes et il disait à Dieu : « Accordez-moi des âmes ; je vous donne pour elles mon sang et mes douleurs. » C’est dans ce sens-là qu’il dit cette parole : Sitio, qui a été l’objet de la méditation de tant d’âmes.

Puis il dit : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? [7] Cette parole nous fait pénétrer dans l’intérieur des douleurs de notre Seigneur. À ce moment-là ce n’étaient pas seulement les douleurs de l’agonie, mais les douleurs de l’âme que Jésus acceptait et exprimait ainsi. Il était là couvert de nos péchés, frappé par Dieu ; il était là comme un lépreux, devenu un objet d’abomination, lui qui était le Fils bien-aimé du Père et l’objet de toutes les complaisances divines. Son âme passait par des angoisses que des âmes saintes ont partagées, quoique de loin. Cette parole, échangée entre Jésus-Christ et Dieu, nous fait voir de quel prix il a payé nos âmes.

Puis il dit : Tout est consommé [8]. J’ai payé pour les âmes, j’ai fait tout ce que vous demandiez, j’ai accompli tout ce que vous aviez fixé pour moi. Tout est consommé.

Enfin sa dernière parole fut celle-ci : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit [9]. Vous répétez tous les jours cette parole à l’office de Complies. L’Église l’a adoptée pour la prière du soir. Tous les soirs, il faut remettre son âme entre les mains de Dieu, comme si on ne devait plus se réveiller, s’unissant à notre Seigneur disant sa dernière parole : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit !

Chacune de ces paroles de notre Seigneur a été gravée dans le cœur de la très Sainte Vierge. Elle se tenait debout au pied de la croix.
On représente quelquefois Marie, le cœur percé de sept glaives, et on peut dire que ces sept paroles ont été autant de glaives d’amour. Certainement elle connaissait Jésus-Christ mieux que nous ne le connaissons. Cependant, ces dernières paroles si pleines de miséricorde, de pardon, d’indulgence envers le pécheur, si pleines de la bonté de Dieu, ont comme percé le cœur de la très Sainte Vierge d’amour et de compassion.
Mettez-vous beaucoup au pied de la croix avec elle, regardez Jésus avec elle et comme elle. Cherchez à comprendre tout ce que le cœur de Marie ressentait de tendresse, d’amour, de compassion, à chaque parole qui sortait des lèvres de Jésus-Christ, et enfin à cette dernière qui marque la consommation du sacrifice : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit !

Sainte Marie-Eugénie de Jésus
Fondatrice des Religieuses de l’Assomption
Extraits d’une Instruction de chapitre
8 avril 1881


[1Lc 23, 34.

[2Mt 6, 12.

[3Lc 23, 43.

[4Jn 19, 26.

[5Sermon sur les 12 étoiles, 2e nocturne de la fête de Notre-Dame des Sept Douleurs.

[6Sitio. Jn 19, 28.

[7Mt 27, 46.

[8Consummatum est. Jn 19, 30.

[9In manus tuas commendo spiritum meum. Lc 23, 46.


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre