Vous êtes ici:

Le rôle de la femme dans la réconciliation chez les Agni

71 - Août 2013

Chez le peuple Akan et particulièrement dans le groupe Agni, les femmes sont apparemment reléguées au second plan de manière officielle dans la conduite des affaires publiques. Mais en réalité, leur apport est primordial, quoique très discret. En effet, en pays Agni, ce sont les femmes qui désignent les chefs de famille et même les chefs de village, parce que la nuit venue ce sont elles qui orientent et décident grâce aux conseils prodigués à leurs époux. 

Chez les Agni, c’est le neveu qui hérite de l’oncle c’est-à-dire que la (dévolution successorale) succession au trône relève du régime matriarcal et c’est pourquoi le choix du chef de village incombe aux femmes de la famille. Les femmes se réunissent pour trouver l’homme idéal, qui peut être soit le fils de la sœur, soit celui de la cousine ou encore celui de la nièce. C’est ainsi que toutes les grandes décisions sont prises avec l’accord des femmes.

Nous avons expliqué ci-dessus comment s’opère le choix du chef de village pour montrer l’importance du rôle de la femme chez les Agni et dire que les femmes jouent un rôle important dans la réconciliation.

La réconciliation ne se décrète pas. C’est une œuvre de longue halène et d’endurance, requérant patience et doigté.

Ainsi, quand un litige éclate, les femmes sont les premières à entreprendre les démarches pour régler le problème à l’amiable. Elles essaient de rapprocher les parties en conflit pour prévenir l’arrivée de l’affaire devant le tribunal traditionnel présidé par le Chef et ses Notables. 

Même après le verdict du tribunal traditionnel, suite à l’échec de la médiation, elles continueront de jouer le rôle de conseillères auprès des antagonistes pour évacuer définitivement les incompréhensions.

Au niveau familial, ce sont elles qui facilitent toujours la relation entre les membres de la famille.

Exemple : les enfants passent toujours par elle pour formuler des doléances à papa, pour expliquer un comportement qui n’est pas bien perçu, (expliquer un acte qui a pu blesser papa). Elle essaie de résoudre les incompréhensions au sein de la famille.

La femme est beaucoup écoutée et comprise par les hommes en pays Agni, parce qu’elle a de la patience. Elle a cette capacité de faire passer son message.

Chez les Agni, beaucoup de choses se font dans la case où la plupart des séances de concertation se tiennent. Au moment où on arrive sur la place publique pour régler les palabres, c’est que l’essentiel a été fait dans les différentes cases. Et généralement, ce sont les femmes qui jouent un rôle prééminent à ce niveau.

Chez les Agni, il n’y a pas de réconciliation sans la vérité, sans égalité et sans justice. Toute la vie sociale chez les Agni repose sur le jeu du pardon et celui des mécanismes de réconciliation en vue de rétablir l’équilibre social, notamment en réparant les torts faits à autrui.

Demander pardon permet de retrouver sa place dans la société.

La tradition du pardon chez les Agni comporte beaucoup d’éléments : le rôle des médiateurs et la conception de l’amour due à la personne et à la création. 

Rose et Jean-Claude Tanho
Amis de l’Assomption

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre