"Le grand jour s’est levé..."

65 - Fratcom novembre 2010

Jour de paix, de justice, d’unité et de développement durable, voilà les vœux que nous appelons sur la Côte d’Ivoire qui depuis dix ans a vu ces différents domaines dessus cités négligés à cause de la situation, des situations engendrées par la guerre.

Enfin, une lueur d’espoir pointe à l’horizon de ce pays qui a connu une crise militaro-politique où la population a souffert des violences occasionnant des déplacements massifs vers la zone gouvernementale. Cet espoir, chaque Ivoirien l’appelle de toutes ses forces parce que, exaspéré par les douloureuses expériences de la guerre, de la division du pays, de la pauvreté grandissante, le manque du strict nécessaire (soins, nourriture...). Il l’exprimera à travers le choix de son président le 31 octobre 2010, date de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Cette démarche a été le fruit de plusieurs accords tant à l’échelle nationale qu’internationale dont le dernier en date est celui de Ouagadougou (Burkina Faso).
Avec l’organisation de l’élection présidentielle, nous pouvons dire que la Côte d’Ivoire tournera définitivement dos à la crise pour une paix durable et véritable. Il faut le reconnaître, l’avenir radieux que tous attendent, dépendra de la volonté de chacun des citoyens à faire preuve de maturité dans le choix des hommes capables de les conduire, des hommes passionnés du bien commun, de l’avenir du peuple et du bien-être de la population.

Cette espérance qui se lève sur la Côte d’Ivoire s’est traduite par l’intelligence avec laquelle les élections ont été menées, vécues, et accueillies. Cette intelligence qui s’est concrétisée par la non-violence, la patience dans l’attente des résultats, la paix prônée par chaque parti et aussi l’ardeur du peuple dans la prière continuelle.

Puisse Dieu nous donner de demeurer dans ce climat de calme et de paix jusqu’à la proclamation définitive de celui qui va diriger le pays pour le porter vers les verts pâturages. Alors le peuple à nouveau chantera son Dieu. "Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort, ne sois pas dans le doute, Dieu aime ses enfants. Il n’a pas dit que tu coulerais, il n’a pas dit que tu sombrerais, il a dit, allons de l’autre bord."

Mr Ehouman Aimé
Mr Jean-Paul Kouakou
Amis et sympathisants de la communauté d’Abidjan

 

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre