Vous êtes ici:

Jean-Marie Gaudeul - Conclusions (3)

2008

3e fil : la méditation sur notre appel :

JPEG - 32.3 ko
Père Jean-Marie Gaudeul

Nous sommes tous témoins du Christ, nous avons réfléchi à notre appel et à notre vocation.

Dialogue académique et dialogue spirituel : à quel niveau dialoguons-nous ? Est-ce que l’Eglise avec sa hiérarchie répond à cet appel ? Le dialogue progresse-t-il ou est-il bloqué ? Ambigüité : l’Eglise n’a pas toujours une réponse très nette : il y a des courants qui freinent d’autres qui accélèrent...

Le témoignage de Tibhirine est une méditation sur notre appel ! Le texte est fort ! “Des petits liens s’établissent avec nos voisins musulmans... encore et encore... jusqu’au moment où l’on ne peut plus reculer, on comprend qu’on doit rester jusqu’au bout” témoignait un ermite apiculteur proche de la communauté de Tibhirine.

Témoignage des frères et sœurs de l’Assomption : Mary Francis, RA aux Philippines, Francoise Audebrand, PSA en Tunisie et Xavier Jacob en Turquie. Il y a des perles de rencontres et de témoignages mais aussi des humiliations, des amitiés trahies, un contexte de violence qui fait que la communauté doit discerner “faut-il rester ou partir ?” (RA a Mindanao). La réponse n’est pas facile ; il y a seulement ce rappel : le Christ nous a appelés et ce n’est pas forcément de la manière à laquelle nous nous attendions !

4e fil : le rappel des mariages mixtes :

Il n’y a pas que nous qui sommes engagés dans le dialogue interreligieux ! Il y a des chrétiens et musulmans qui s’engagent dans un dialogue quotidien, dans une rencontre en chair et en os et nous sommes appelés à les soutenir. Les deux femmes anglicanes que nous avons rencontrées, Heather mariée à un musulman et Rosalind mariée à un juif se sont mises au service de ces mariages mixtes et nous ont lancé un appel : pouvez-vous nous donner un contact pour entrer dans notre réseau de soutien ? C’est un appel pour nous : là où nous sommes, ne devons-nous pas garder un regard sur ces personnes qui sont comme un laboratoire du dialogue, qui le font sans esprit de retour mais qui ont besoin d’être aidées. Il y a ici et là des groupes qui se forment (voir les sites anglais et français sur les mariages mixtes). Le défi pour nous pourrait être l’éducation des enfants qui nous sont confiés et qui grandissent dans des sociétés mélangées ; beaucoup vivront en couples mixtes chrétiens/musulmans ; chrétiens/non-croyants. La catéchèse doit donc les aider à témoigner de leur foi, à vivre leur foi dans ce contexte mélangé.
Le dialogue spirituel est parfois le seul niveau possible dans la vie quotidienne pour un mariage mixte (cf. Fish and Chips)

>> La suite des conclusions de Jean-Marie Gaudeul

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre