Florilège

3.2 - Propositions pour aller plus loin

Dieu dormant



Dieu venant sauver le monde commence par passer des heures et des heures à dormir, comme tout nourrisson, attendant tout de la douce prévenance de sa mère (…).
Un tel sommeil n’est pas sans évoquer celui du Verbe, devenu adulte, dans une barque, tandis que le vent se déchaîne sur le lac de Gennésareth, et que les disciples prennent peur.
Ainsi le Verbe de Dieu fait preuve d’un tel amour qu’il se fie aux êtres humains (sa mère, son père adoptif, ses disciples, l’Église) pour affronter les tempêtes de la vie !
Xavier Thévenot, Avance en eau profonde

Totalité et infini



Poser le Transcendant comme étranger et pauvre,
c’est interdire à la relation métaphysique avec Dieu
de s’accomplir dans l’ignorance des hommes et des choses.
La dimension du divin s’ouvre à partir du visage humain.
Une relation avec le Transcendant – cependant libre de toute emprise du Transcendant – est une relation sociale.
C’est là que le Transcendant, infiniment Autre, nous sollicite et en appelle à nous.
Emmanuel Levinas, Totalité et infini

L’heure est venue



Pour nous aussi, "l’heure est venue". Nous pouvons faire nôtre la prière de Jésus, pour chercher l’actualité de sa présence au cœur des turbulences que traversent notre société et la planète tout entière. Où et comment le service de "l’homme vivant" manifeste le nom de Dieu tel que le révèle Jésus ?
Ne doutons pas que la gloire de Dieu demeure accessible, lorsque dans les camps de réfugiés et dans les maternités, dans les unités de soins palliatifs et dans les prisons, un homme reconnaît Dieu comme celui qui est sa source et qui l’accomplit, lorsque cette reconnaissance féconde ses relations en vue d’une plus grande fraternité qui transcende les multiples fractures blessant l’humanité, en particulier les plus faibles.
François Picart, prêtre de l’Oratoire
La Croix, mai 2017

Si grand, si petit


Dieu est si grand
qu’il peut se faire petit.
Dieu est si puissant
qu’il peut se faire faible
et venir à notre rencontre
comme un enfant sans défense,
afin que nous puissions l’aimer.
Benoît XVI, 24 décembre 2005

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre