Vous êtes ici:

Expérience d’immersion à Zoukougbeu

CGP 2009
JPEG - 221.9 ko
On the way

Il était environ 11 h 30, ce Jeudi 8 Octobre, quand nous avons pris le départ pour Daloa (404 km d’Abidjan) pour arriver à Zoukougbeu. J’avais vraiment envie d’aller à Daloa, parce que des sœurs de ma Province y avaient vécu...mais j’en avais abandonné l’idée, quand j’avais réalisé qu’il y avait tant d’autres Provinces qui y avaient aussi eu des missionnaires...aussi, quand on m’a dit que je pouvais y passer si je m’inscrivais pour Zoukougbeu (à quelques 50 km de Daloa), j’ai pensé que c’était une bonne affaire...et je me suis inscrite pour Zoukougbeu ! Comme toujours, on ne peut jamais imaginer ce que Dieu vous réserve...et le plus souvent cela dépasse tout ce qu’on peut imaginer ou désirer...et ainsi nous sommes partis : Sœur Josiane (Europe du Nord), et moi, d’une part , ainsi que Sr Sandra (Amérique Centrale-Cuba), Judit (Atlantique Sud) et Gian Carlos (ACMPA) qui,eux, devaient rester à Daloa.

Comme dans toutes les expériences d’immersion, il nous a été rappelé de gardes nos sens et surtout nos cœurs ouverts à tout ce qui nous attendait pendant ces 3 ou 4 jours. Mais au moment de partir, j’ai été secrètement ravie pour deux raisons : parce que nous aurions l’occasion de visiter Daloa et parce que nous avions l’occasion unique d’y aller comme "Assomption Ensemble", grâce à la présence de Gian Carlo.

JPEG - 259.4 ko
On the way
JPEG - 197.4 ko
On the way

En route, je n’ai pu m’empêcher de remarquer les similitudes entre ce pays et le mien, tous deux sont riches en ressources naturelles, mais en proie à la pauvreté extrême et aux lacunes et à l’échec apparent de l’Etat pour subvenir aux besoins fondamentaux de tous. J’ai prié silencieusement : "Seigneur, aide-nous pour que ça change !"

Nous avons été accueillies par des pluies torrentielles à Yamoussoukro (la capitale politique) à tel point que nous ne pouvions plus continuer. Sr Carmen Campos, ra, notre excellent et prudent chauffeur nous faisait garde confiance que tout irait bien. Et c’est vrai que tout s’est bien passé, et que nous sommes arrivés à Daloa, à 8h du soir, trempés mais heureux de voir nos sœurs.

JPEG - 223.7 ko
Daloa
JPEG - 195 ko
Daloa, Welcome

Par la grâce de Dieu, il était trop tard pour continuer sur Zoukougbeu pour Josiane et moi. Nous avons donc dormi à Daloa (j’étais bien contente !). Le lendemain, nous avons été reçues par les élèves du Collège Notre-Dame de l’Assomption de Daloa (quelle joie pour moi !)...Peu après, Josiane et moi, nous sommes parties, conduites par Rachel, une des ACMPA du début, actuellement volontaire à Daloa, nous étions accompagnées par Sr Cécile, ra. Mon cœur était déjà plein de reconnaissance envers Dieu pour le bonus d’avoir pu coucher à Daloa, ne serait-ce qu’une nuit.

Nous étions attendues, depuis la veille, par les Sœurs Missionnaires du Christ Roi, une congrégation canadienne, qui a une maison à Bohol, aux Philippines, et qui tiennent un Centre (actuellement hôpital) pour les personnes atteintes d’une maladie de peau particulière, connue sous le nom de Buruli. Après un accueil très fraternel à la maison des sœurs, nous avons passé le reste de la matinée au Centre. Nous étions dans l’admiration devant le dévouement des sœurs et leur amour pour tous les malades. La bonne nouvelle, c’est que maintenant on peut guérir ces malades grâce à une greffe de la peau, qu’on appelle "libéré du Buruli". Il est difficile de tenir devant tant de souffrance et d’inconfort... mais avec la grâce de Dieu, nous avons pu leur offrir ne serait-ce qu’un sourire qui, espérons-le, leur dira que c’est vrai que les choses vont s’arranger. Pour moi, c’était une nouvelle expérience, où Dieu ne m’a pas épargné l’opportunité de comprendre un peu mieux le Mystère de l’Incarnation... : "La décision de Dieu de venir dans les ténèbres de nos vies, d’y demeurer et de changer les ténèbres en lumière."

JPEG - 205.4 ko
Zoukougbeu

Le lendemain matin, nous avons été conduites dans un village voisin par une des sœurs, une autre sœur nous a fait visiter, l’après-midi, un Centre pour Jeunes Filles qui n’ont pas eu d’éducation de base. Dans cet internat qui est tout à côté de l’habitation des Sœurs, on leur offre des cours d’hygiène, de couture, de cuisine, d’esthétique, entre autres.

Dans les trois lieux où nous avons été, et même le long du chemin, j’ai été frappée par le nombre d’enfants, chacun avec son histoire personnelle de misère, c’est sûr, mais chacun avec un sourire sur le visage, qui perçait les peines du moment et les angoisses pour l’avenir.

Je comprends de mieux en mieux pourquoi Jésus nous avertit que "si nous ne devenons pas comme des enfants, nous ne pourrons pas appartenir au Royaume"...et je me sens invitée à regarder chaque occasion, chaque jour, chaque moment comme une opportunité pour une vie plus pleine...

JPEG - 158.9 ko
Daloa

Mais l’expérience de "grâce sur grâce" fut que nous devions retourner à Daloa, le samedi soir ! Et ce fut un vrai délice d’avoir du temps avec les sœurs, de relire les Annales, où sont inscrits les noms des sœurs ayant fait partie de la communauté. Je ne saurais exprimer la joie qui m’a habitée, ce jour-là. Nous sommes revenus Dimanche (11 Octobre) au matin, reconnaissants de cette expérience de communion, d’unité avec nos frères et sœurs africains et d’avoir touché ce petit coin de terre qui est certainement un "lieu de gloire pour Dieu". Ma prière continue : "Seigneur, aide-moi à me laisser changer par cette expérience"

Sœur Marjo, ra,
Philippines - Thaïlande

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre