Vous êtes ici:

France, Montpellier : mise en place d’un réseau éducatif et solidaire

France


A Montpellier, un réseau éducatif - solidaire pour l’accueil des migrants se met en place


...le Christ nous appelle à collaborer avec Lui et avec d’autres pour réaliser le plan de Dieu pour le monde. A cause de la connexion intime entre destruction environnementale, migration et violence, nous développerons des stratégies qui promeuvent une culture de paix, de justice, de protection de la création et de solidarité dans tout ce que nous faisons.
(Fiche Ecologie et Migrations. Chapitre Général 2012)


Avec l’arrivée de nombreux demandeurs d’asile à Montpellier, le Bureau de la solidarité de la Délégation du Secours Catholique [1] a demandé qu’un lieu convivial soit créé pour accueillir toutes ces personnes en souffrance. C’est ainsi que je suis engagée avec d’autres bénévoles, auprès de ceux et celles qui demandent la protection de la France, pour une mission qui se veut éducative.
Dès janvier 2016, après avoir établi un plan d’action et nous avons trouvé le local pour ouvrir ce que l’on appelle « le Café solidaire ». Chaque vendredi après-midi, nous accueillons entre 15 et 25 jeunes hommes et quelques femmes, venant de plusieurs pays : Yemen, Congo Kinshasa, Albanie, Arménie, Soudan, Syrie, Centr’Afrique, Burkina Faso, Brésil, Venezuela, Nigeria, Palestine, etc. Tous ont dû fuir leur pays, après des temps de guerre, de violations des Droits de l’Homme, de persécutions religieuses.
Je dois souligner que cette mission, je peux la vivre grâce à la communauté qui se veut partie prenante, par la prière, par l’intérêt (demande des nouvelles), par l’accueil aux repas (dont celui de Noël), et par le travail de tricot piloté par Soeur Hélène Emmanuel : des mains, sortent bonnets, écharpes, couvertures, mouffles, chaque semaine, au grand bonheur des bénéficiaires !
Les temps libres se passent à tricoter, des amies et amis de la Communauté nous donnant des pelotes de toutes couleurs…. C’est vraiment un travail communautaire, et une réponse à l’appel du Pape vis-à-vis de ceux qui souffrent. Je n’hésite pas à dire aux accueillis que toute la Communauté prie pour eux, ils le savent et me remercient, surtout après un moment plus dur. Je n’hésite pas à parler de religion... Lorsque Sr Pascale était malade, je leur ai dit de penser à elle, et tout de suite les accueillis musulmans se sont levés, et ont fait une minute de silence, en étant recueillis et priant... Beau témoignage de solidarité !
Notre accueil se veut fraternel, et respectueux du vécu de chacun et chacune. Très vite l’ambiance d’entr’aide se crée et plusieurs bénévoles se sont proposés pour une découverte de la ville : par un diaporama déjà, puis une promenade à pied pour y découvrir les monuments principaux, les noms des rues, et les différents centres d’intérêt (bibliothèque, poste, pôle emploi, etc). Un couple proposé une sortie au bord de la mer, un autre, la visite de jardins spéciaux de la ville... Avant chaque fête (Noël, le 1er janvier, la chandeleur, le carême) , nous leur expliquons l’origine, à partir d’un power point préparé par une bénévole. Autour d’un café ou d’un thé, les langues se délient ! Plusieurs ne savent pas le français quand ils arrivent, il faut donc les orienter vers des cours de FLE [2], et en attendant on s’exprime par des gestes ("du vrai cinéma" disent certains). Jeux, discussions, chants, musique, petits sketchs spontanés, tout cela favorise la fraternité.
Nous sommes attentifs à rester en lien avec les différents Organismes de la ville : la Cimade [3], le réseau Welcome (plusieurs accueillis ont été hébergés dans des familles), l’Ofii [4], les lieux où ils peuvent se restaurer, Corus (c’est leur lieu de domiciliation), les paroisses, les Collèges, l’Ecole de Commerce, les centres d’alphabétisation…
L’un des accueillis est metteur en scène et acteur (il a déjà tourné un film, chez lui, dénonçant le mariage forcé des petites et jeunes filles) . Il a suscité une participation parmi les accueillis, et à plusieurs ils ont monté une petite pièce de théâtre : "les MURS", qui raconte leur parcours, et leur espérance. Cette pièce a été jouée plusieurs fois : à l’occasion des 70 ans du Secours Catholique, au moment de la journée des Migrants sur la place de la Comédie, dans deux Paroisses (avec un débat après la projection), et la vidéo de cette même pièce a déjà été projetée dans deux lycées et collèges.
A chaque occasion, ceux qui veulent venir témoigner nous accompagnent, et le font avec beaucoup de disponibilité. C’est aussi l’occasion pour moi d’aider les accueillis à bien rédiger leur récit (obligatoire pour la demande d’asile) sur leur parcours, et les raisons pour lesquelles ils ont quitté leur famille. C’est à partir de ce récit qu’ils seront jugés à l’Ofpra [5] (ou en cas de refus, à la CNDA [6]) pour la délivrance (ou non) d’une carte de séjour. Et quand la convocation arrive, je les entraîne à cet entretien, en étant "juge" pour l’expression, ou "convoquée" pour les réponses, à partir de leur histoire. Alors le premier stress peut être atténué au bon moment. Là encore, la fraternité se joue, un ancien ayant eu sa carte de séjour, accueille à Paris un nouveau qui ne connaît pas du tout Paris ! C’est grâce à plusieurs formations de ce genre organisées par le Secours Catholique que je peux vivre ces temps forts. Au-delà de la peine que je peux ressentir, mon rôle est de redonner confiance, et demander l’aide de l’Esprit-Saint. Jésus qui a connu l’exil avec Marie et Joseph les protège et les soutient, j’y crois beaucoup.
Au moment de l’arrivée des personnes de Calais et de Stalingrad (Paris), plus d’une centaine a été logée au CAO (Centre d’Accueil et Orientation). Le Directeur nous a demandé de trouver des bénévoles pour donner des cours de français. Un appel aux volontaires a été lancé, et j’ai pu donner une formation d’une journée à une vingtaine de personnes, à l’aide fiches préparatoires, et d’un cours pratique avec des accueillis.
Chaque occasion me fait toucher la parole : "ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour les autres" (Evangile de Matthieu 7, 12)


Soeur Marie-Monique
Communauté de Montpellier, France


[1L’équivalant de CARITAS, en France

[2Cours "Francais Langue Etrangère" pour ceux qui souhaitent la nationalité francaise

[3ONG dont le but est une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, ou leurs convictions.

[4Office Français de l’Immigration et de l’Intégration

[5Office français de protection des réfugiés et apatrides

[6Cour Nationale du droit d’asile




Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre