Vous êtes ici:

Europe : Aller ensemble à la source

Europe

Aller ensemble à la source et recréer notre charisme éducatif Assomption pour aujourd’hui

2e rencontre de sœurs en établissement scolaire – EUROPE


Nous avons eu la joie de nous retrouver à Como, en Italie, pour une 2e rencontre de sœurs en établissement scolaire de l’Europe. Nous étions 18 sœurs représentant plusieurs pays et réalités : Belgique, Espagne, France, Italie et Lituanie, où l’Assomption œuvre à l’éducation transformatrice à travers les établissements scolaires, au souffle du charisme de Marie-Eugénie. 
L’objectif de cette rencontre, en plus des échanges enrichissants, c’était de construire ensemble un petit outil sur le charisme, à utiliser dans nos lieux de mission.
Nous avons été accueillies dans un environnement très beau : l’école de Como se trouve dans l’enceinte d’une basilique et abbaye très anciennes, "Saint Carpoforo", pleine d’histoire au niveau de la cité et aussi de souvenirs pour la Congrégation [1]
L’accueil de la communauté sur place nous a mis tout de suite en une ambiance de famille. Dans l’établissement, la décoration de salles et de couloirs nous ont mis dans le bain du travail éducatif qui se fait au tour de l’encyclique Laudato Si sur l’écologie : "la terre, une lettre d’amour de Dieu pour nous" a été choisi comme « mot d’ordre » de cette année scolaire. La plupart des dessins et peintures très beaux et créatifs, ont été faites à partir du matériel de recyclage.
Apres ces découvertes, nous avons commencé nos échanges par un partage sur les défis et les espérances qui nous habitent, ainsi que "ce que nous ressentons qui dirait un sage à chacun de nos contextes". Voici quelques notes :

  • Les défis : continuer de travailler ensemble, de cheminer en mission partagée laïcs-sœurs. Puiser ensemble -profs, sœurs, élèves- de la richesse de notre charisme. Faire un projet commun en respectant les différences et à partir d’elles. Transformer les violences ressenties parmi les élèves en positif. Ayant des racines, cultiver les fruits. Construire de ponts.
  • Les espérances : l’unité dans la diversité. Constater que les petites transformations peu à peu ont un impact important dans l’ensemble. Enracinées dans une "maison de pierre solide" comme cette école de Saint Carpoforo, continuer de construire, étant de petites pierres.
  • Quelques paroles du "sage"  : s’enraciner dans l’évangile et le charisme. Voir large, continuer à vivre l’ouverture aux autres. Garder contact avec la source dans tout ce que nous faisons. Continuer dans cet effort de grandir ensemble.


Ensuite, Véronique nous a partagé le processus des établissements de l’Assomption en France pour arriver à ce qu’ils appellent "la valeur fondamentale", comme un chemin qui a renforcé le fait de porter ensemble -laïcs et sœurs- le charisme Assomption.
Pour cela, elle nous a retracé d’abord l’historique du "Projet Educatif et Apostolique de l’Assomption" (PAEA) et comme il est devenu un souffle unificateur des établissements et inspirateur de projets. 
Ensemble, les "permanents" d’Assomption-France, ont senti que ce projet et les valeurs clairement énoncées là-dedans ne suffisaient pas. Il fallait franchir une nouvelle étape...il fallait se questionner sur la référence explicite à la source, le charisme de Marie-Eugénie. C’est alors que, avec une équipe d’experts, le groupe de permanents (sœurs/laïcs) ont fait un travail de relecture. Ils ont identifié l’incarnation comme étant la valeur fondamentale de l’expérience humaine et spirituelle de Marie-Eugénie, qui marque le projet éducatif de l’Assomption… Cette dynamique d’Incarnation modifie les paradigmes de compréhension de l’Homme et du monde… elle inspire les valeurs de base de notre agir… [2]
Le fait de vivre ensemble cette expérience, leur a permis de grandir en responsabilité partagée. Le fait de se poser la question sur comment cette "valeur fondamentale" transforme leur manière d’agir, a demandé de chacun un travail personnel dont ils se reconnaissent transformés, enrichis par l’expérience de l’intelligence collective. Un des appels qui s’en dégage est de vivre dans une constante ouverture car, à cause de l’Incarnation -dit Véronique- "toute personne peut avoir une parole à nous livrer qui peut nous mettre en question et nous faire avancer...."


Après le partage de cette riche expérience, nous avons eu un temps personnel pour "aller à la source" nous aussi, en dialoguant avec Marie-Eugénie, à travers une de trois "Instructions de Chapitre" [3] choisies préalablement. Nous avons été invitées à trouver les valeurs fondamentales de l’éducation Assomption à travers ces textes. Ensuite, en trois groupes, puis en assemblée, nous les avons partagées :


"L’esprit de l’Assomption. Foi et Amour de la vérité" (3 mai 1878)


La foi est un don Dieu en moi et m’invite à cultiver l’intériorité. Sa Parole me permet de me connaître en vérité, m’apprend à "goûter et sentir les choses intérieurement, et à faire l’unité". "Tout est lié" : intelligence, les affections, les relations. La foi nous apprend à faire les liens entre toutes les dimensions de notre vie. Dans ce contexte européen c’est une invitation à oser dire "je crois en Dieu" avec toute l’épaisseur de notre vie, un appel à s’attacher au sens au-delà de la forme et du rituel. Dans la vie spirituelle et dans l’action éducative on n’est pas transformé par un autre, on est aidé à trouver en soi même les ressources de sa propre transformation (empowerment).


"Amour du prochain et esprit de sacrifice" (21 avril 1878)


L’Assomption est en quelque sorte une résurrection, nous invite à "nous dégager de ce qui est terrestre, ne pas nous arrêter aux mouvements qui vont contre la charité. Même brisés nous sommes appelés à surmonter l’obstacle…" : L’autre nom du sacrifice est le don de soi, l’oubli de soi… Aujourd’hui cela veut dire : dépasser l’importance du bien-être personnel, de l’individualisme ; nous mettre en retrait pour que l’autre devienne ce qu’il est…


"L’esprit de l’Assomption, les vertus naturelles" (26 mai 1878)


 Les vertus naturelles sont des valeurs que nous mettons en œuvre de manière habituelle. Cela demande un travail en nous-mêmes avant de les cultiver dans les autres à travers l’éducation. Quelques vertus importantes : la droiture, la franchisse, la bonté, la simplicité... Vivre les vertus naturelles rend gloire à Dieu. Elles sont le socle des vertus surnaturelles.


Après ces riches partages, nous avons continué le travail en groupe en essayant de construire les outils pédagogiques. Il s’agissait de chercher de mots clés, leurs sources théologiques en Marie-Eugénie, puis comment cela se traduit, dans nos réalités, aujourd’hui, avec quelques exemples. Ces outils ont été partagés en assemblée, et nous avons goûté la créativité et la variété d’expériences que nous sommes en train de vivre dans nos différents contextes !


Nous avons partagé aussi ce qui se fait dans les établissements où nous sommes autour du 10 mars, fête de Sainte Marie-Eugénie. Avec joie nous avons constaté que cette année 2016 sera marquée dans plusieurs lieux par le bicentenaire de Marie-Eugénie et Thérèse Emmanuel, déjà bien proche !


À la fin de ces jours ensemble nous avions le cœur plein de reconnaissance : Marie-Eugénie continue de nous parler dans nos contextes et nous renouvelle dans son invitation à « aimer notre temps". 
Nous avons vécu de moments très fraternels, empreints de simplicité, d’ouverture à l’autre pour se laisser enrichir par sa vision ; pour croire qu’il y a toujours d’autres manières de comprendre le charisme grâce au lieu d’enracinement de chacune. Il y a aussi de nouvelles idées pour le vivre et pour le transmettre. Les réalités et les contextes deviennent proches et familiers. La transformation du regard sur les autres, conduit à une nouvelle manière de voir et d’agir au quotidien, fortifie le sens du corps et les ponts entre nous.


"... Le dernier mot de l’amour ou de la vérité n’est jamais dit, nous nous en nourrissons chaque jour sans jamais en être rassasiés ; toujours nous désirons plus… " [4]


Sœur Ana Senties, r.a.
Secrétariat International d’Education


[1La basilique date du IV siècle. Avant de devenir Assomption, c’était une institution éducative des sœurs Gardiennes Adoratrices, jusqu’au moment de la fusion, en 1968

[2Extraits du texte “La valeur fondamentale” Assomption-France 2013.

[3Entretiens hebdomadaires que Marie Eugénie avait avec les sœurs

[4Marie Eugénie Notes intimes 154/06




Documents

Dans la même rubrique

Commentaires

Sr Blandine - 1er mars 2016, 15:42

Très intéressant votre compte rendu et très riche pour tous votre réunion et les fruits que vous avez tirés. Merci.

Brebion Marie-Claire - 1er mars 2016, 09:10

Merci pour ce très beau résumé. J’ai été très heureuse de participer à cette rencontre. Un chemin à poursuivre dans notre mission


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre