Dimanche de Pâques - Sr Bénédicte Rollin

Pâques - Easter - Pascua

L’inouï de Dieu

Le récit du matin de Pâques chez Matthieu est en partie déroutant pour nous : un tremblement de terre, l’Ange du Seigneur qui descend du ciel, les gardes pétrifiés… Instinctivement nous nous posons la question de la vérité factuelle de cette étrange description. Nous préférons spontanément la deuxième partie du texte qui nous décrit une rencontre toute simple, presque amicale entre le Ressuscité et les femmes.

Cependant il est bon aussi de s’arrêter dans un premier temps sur le début du texte. Seulement il faut décrypter un peu les termes employés. Mt ici utilise le style apocalyptique (apocalypse veut dire "dévoilement ") qui était familier à ses lecteurs d’origine juive et que l’on trouve dans maint passage de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament. Les images utilisées dans ce genre de texte font penser à des films à effets spéciaux – lueurs fulgurantes, séismes, voix mystérieuses, apparitions, effroi… Ces images ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Il s’agit pour les auteurs de ces textes d‘exprimer symboliquement l’irruption de Dieu dans l’histoire humaine, irruption bouleversante, inouïe, transformante pour qui en fait l’expérience. L’Ange du Seigneur descend du ciel et s’assied comme un vainqueur sur la pierre du tombeau : une brèche s’est ouverte entre notre monde et celui de Dieu, Lui-même vient ouvrir nos tombeaux, la mort a trouvé son maître ! Comment le cosmos lui-même ne serait-il pas atteint par la Résurrection de son Créateur ? La terre tremble… comme elle a tremblé, selon le même évangéliste Matthieu au moment de la mort du Fils de Dieu (Mt 27,51). Qui ne s’ouvre pas au Mystère par la Foi est complètement dépassé (les gardes "devinrent comme morts"). Mais le témoin reçoit l’annonce révélatrice de l’inouï de Dieu : "Vous, soyez sans crainte ! Jésus le Crucifié n’est pas ici, il est ressuscité !" Laissons-nous "impressionner" par le texte ; à l’aide de ces symboles qui déroutent notre raison laissons-nous aveugler par l’éblouissante réalité de la Résurrection. Comme l’écrivait Karl Rahner "la Résurrection de Jésus est comme une éruption de volcan : elle nous montre que le feu de Dieu brûle déjà à l’intérieur du monde, qu’il embrasera tout du bonheur de son éclat."

Et puis soyons de ces simples femmes rejointes par Dieu "tremblantes et toutes joyeuses" - émotions et sentiments mêlés font partie de notre chemin de Foi. Sur ce chemin Jésus lui-même vient, tout simplement, comme un ami, à notre rencontre. Il y a dans le texte un moment déconcertant de naturel et de douceur : "Je vous salue" dit Jésus. Et elles lui saisissent les pieds dans un élan d’amour et d’adoration.

Le regard dans un troisième temps s’élève vers l’horizon : "Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront." C’est l’envoi en mission, plein d’espérance : "ils me verront !" Qui sont ces "frères" (les frères de Jésus sont aussi les miens) qui ont besoin que je leur partage la joyeuse annonce pascale ? Quelle est la Galilée quotidienne où Jésus nous donne rendez-vous ? S’il naît en moi quelque inquiétude, j’écoute le Ressuscité me répéter : "Soyez sans crainte, allez…"

Sr Bénédicte Rollin, ra
Vilnius - Europe du Nord


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre