Vous êtes ici:

Ce qu’en dit Saint-Augustin

2.1 - Le parcours

Lecture : Confessions X, 27



Bien tard je t’ai aimée,
0 Beauté si ancienne et si nouvelle
 bien tard je t’ai aimée.
Et voici que tu étais au-dedans,
et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais,
et sur la grâce de ces choses que tu as faites,
pauvre disgracié, je me ruais !
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec Toi ;
Elles me retenaient loin de Toi,
ces choses qui pourtant,
si elles n’existaient pas en Toi,
n’existeraient pas !
Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;
tu as brillé, tu as resplendi,
tu as dissipé ma cécité ;
tu as embaumé, j’ai respiré
et haletant j’aspire à Toi ;
j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
tu m’as touché
et je me suis enflammé pour ta Paix.
Saint Augustin
 

Écouter Gérard Depardieu proclamer ce texte


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre